Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La CGT défile aux côtés de La France insoumise et espère une "marée populaire" contre le gouvernement

samedi 26 mai 2018 à 3:37 Par Kevin Boderau, France Bleu

Nouvelle journée de mobilisation nationale contre la politique d'Emmanuel Macron ce samedi 26 mai. Pour la première fois depuis 20 ans, la CGT défilera au côté d'un parti politique, la France Insoumise, à l'origine de cette journée d'action.Des défilés sont prévus à Paris et dans plusieurs villes.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Maxppp

Ce 26 mai peut-il constituer un tournant dans la lutte des opposants à la politique du gouvernement ? C'est en tout cas ce qu'espèrent ses organisateurs, France Insoumise en tête et la CGT. Une journée de mobilisation pour "l’égalité, la justice sociale et la solidarité", à Paris et dans plusieurs villes en région.

Pour la première fois depuis plus de 20 ans le syndicat défilera donc au côté de partis politique. Parmi eux, Le mouvement de Jean Luc Mélenchon, "Génération.s" de Benoît Hamon, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), le PCF et l'association Attac. L'appel à la mobilisation est lancé dans plus d'une soixantaine de villes en France.

Donner un nouvel élan à la contestation

C'est un appel à une "Grande marée populaire", selon les termes de Jean-Luc Mélenchon. Syndicats et partis politique espèrent ce samedi relancer une contestation qui s’essouffle, comme le montrent la faible participation à la grève des fonctionnaires mardi 22 mai et l'effritement du nombre de grévistes à la SNCF (taux le plus faible ce mercredi 23 mai depuis le début du mouvement). 

Les annonces du gouvernement ce vendredi en faveur de la reprise de la dette à la SNCF pourraient d'ailleurs influer sur la mobilisation. Malgré l'engagement de l'État, les syndicats ont annoncés qu'ils poursuivaient la grève contre la réforme du ferroviaire.

Les leaders de la CGT et de la France Insoumise ne seront pas côte à côte

Philippe Martinez et Jean-Luc Mélenchon ne partageront aucun cortège. Le secrétaire général de la CGT sera à Paris où le défilé partira de la gare de l'Est pour rejoindre la Bastille. Le leader de la France Insoumise défilera, lui, dans sa circonscription de député des Bouches-du-Rhône à Marseille.   

Ce sera sans FO, la CFDT ni le PS

Force Ouvirère et la CFDT eux ont refusé de se joindre aux partis politique pour le défilé du 26 mai. Après avoir réservé sa réponse pendant quelques jours, le premier secrétaire du Parti Socialiste Olivier Faure a finalement décliné l'invitation. Sur France 2 il expliquait : "Il ne faut pas les confondre (le mouvement social et le mouvement politique), parce qu'à trop vouloir confondre les moments, à trop faire craindre le risque de récupération, on n'aide pas le mouvement social, on l'affaiblit".

Par ailleurs, selon un sondage*, les deux-tiers des personnes interrogées (64%) estiment que la CGT a tort de s'être rapprochée de la France insoumise pour cette journée de mobilisation du 26 mai. 

*Sondage Odoxa-Dentsu Consulting d'après une enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par internet du 23 au 24 mai 2018.