Société

Délinquance en Sarthe : moins de cambriolages, plus d’affaires de violences en 2014

Par Yann Lastennet, France Bleu Maine jeudi 19 février 2015 à 18:56

délinquance sarthe 2014
délinquance sarthe 2014 © Radio France - yann lastennet

Les chiffres de la délinquance en Sarthe pour l'année 2014 ont été dévoilés ce jeudi. Si les cambriolages sont en baisse, en revanche le nombre d'affaires de violences aux personnes augmentent comme celles liées au trafic de stupéfiants.

Au chapitre des satisfactions, il y a la baisse importante des cambriolages. Le nombre d'affaires de vols diminue de 12  % dans le département contre 2 % seulement au niveau national. Les cambriolages dans les résidences principales chutent d'un quart en zone gendarmerie. Des chiffres à nuancer car en 2013, les affaires de cambriolage avaient augmenté de 8.5% ce qui avait entrainé le déclenchement d'un plan d'action départemental contre les vols qui semble avoir porté ses fruits. 

Des affaires de stupéfiants de plus en plus violentes

En revanche le nombre d'aggression augmente sensiblement en Sarthe : + 10 % par rapport à 2013.Les violences conjugales ou les violences contre les femmes croient notamment. Les vols de voitures et les dégradations augmentent aussi de 8%. Enfin il y a les affaires liées aux trafics de stupéfiants. Elles ne cessent d'augmenter notamment en campagne ou dans les zone rurales. Des vagues d'interpellations ont eu lieu recemment à La Fleche, Sablé ou dans le nord sarthe pour du canabis, de la cocaine et même du crach avec des reseaux calqués sur ceux des grandes banlieues française explique le colonel Renard, commandant du groupement de gendarmerie de la Sarthe.

delinquance drogue renard

Si le nombre de cambriolages a baissé de façon importante en Sarthe l'an passé en revanche le nombre d'agressions et d'affaires de violence ne cesse d'augmenter (+ 10 % pour les agressions). Autre source d'inquiètude : les affaires de stupéfiants. Elles représentent 65 % des infractions et elles sont de plus en plus violentes explique Philippe Varin, le procureur de la République.

delinquance trafic proc

Depuis les attentats du mois de janvier, une cellule a été créée dans notre département pour lutter contre la radicalisation des jeunes. Un numéro vert a été mis en place pour aider notamment les parents et les proches de ceux qui pourraient être tentés par le Djihad. Le but est d'agir avant qu'il ne soit trop tard et d'éviter que certains jeunes influencables ne se fassent endoctriner. Corinne Orzechowski, la préfète de la Sarthe.

delinquance radicalisation orzechowski

Ce numéro vert, c'est le 0 800 005 696