Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le retour sur info de France Bleu Belfort Montbéliard

INFO FRANCE BLEU - À Delle, la police intercommunale sera bientôt armée

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Une convention a été signée cette semaine (lundi) entre la gendarmerie du territoire de Belfort et la police intercommunale de Delle. Une convention qui existe depuis 2011. Mais qui a pris une nouvelle ampleur. La principale nouveauté, c'est que la police de Delle va être armée !

Le préfet du Territoire de Belfort, Jean-Marie Girier, avec Christian Rayot, président de la Communauté de communes du Sud Territoire, et le colonel de gendarmerie Florian Villalonga
Le préfet du Territoire de Belfort, Jean-Marie Girier, avec Christian Rayot, président de la Communauté de communes du Sud Territoire, et le colonel de gendarmerie Florian Villalonga © Radio France - Théo Hetsch

"Je pense que la police municipale, lorsqu'elle est armée et bien formée, est plus efficace", estimait il y a quelques mois le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Depuis, avec notamment le vote de la loi "Sécurité globale", les polices municipales sont renforcées partout sur le territoire, et notamment dans la communauté de communes du Sud Territoire (27 communes, 24.000 hab.), au sud de Belfort. Une convention a été signée ce lundi 3 mai entre la gendarmerie du Territoire de Belfort et la police intercommunale de Delle.

"Je ne veux pas envoyer les policiers au casse-pipe"

Cette convention, qui existe depuis dix ans, est renouvelée tous les trois ans. Mais jamais sans doute elle n'avait pris une telle ampleur. Elle va permettre désormais aux policiers intercommunaux de disposer d'armes létales, des armes de poing. Les neuf agents du service de police ont été formés en ce sens et les armes seront stockées dans un armoire sécurisée. "Vous connaissez l'état actuel de la sécurité et de la délinquance, cela me semble être une évolution nécessaire", estime Christian Rayot, le président de la communauté de communes du Sud Territoire. "Moi je ne veux pas porter la responsabilité d'une éventuelle intervention délicate sur le terrain pour mes policiers, je ne veux envoyer personne au casse-pipe", estime-t-il.

Alors les policiers de Delle sont-ils réellement envoyés au casse-pipe ? Difficile de le dire : un diagnostic de sécurité a été effectué en septembre dernier, mais ni la communauté de communes, ni la préfecture n'ont voulu le communiquer. Un manque de transparence qui interroge, d'autant plus que la décision n'a pas été discutée en conseil communautaire. "C'est moi qui décide" assène Christian Rayot.

La délinquance pourtant en forte baisse

De plus, la situation sur le terrain semble plutôt en voie d'amélioration. La délinquance est en baisse dans le Territoire de Belfort, dans quasiment tous les domaines : -30% de cambriolages ou de vols avec violence en 2020, -13% des violences physiques, etc. "Il y a tout de même plusieurs situations où les collègues sont en danger, comme les refus d'obtempérer - plusieurs par mois - ou bien encore les forcenés", affirme le colonel de gendarmerie Florian Villalonga. "Il arrive que des personnes connues pour être armées se retranchent chez elles, il est bon que les gendarmes mais aussi les policiers municipaux puissent être à même de se défendre", explique-t-il.

Un budget de 400 000 euros par an pour la police intercommunale

Jusqu'à présent, les agents de la police intercommunale étaient équipés de pistolets à impulsion électrique ("tasers"). Ils prendront possession de leurs nouvelles armes à l'automne, en même temps que de leurs nouveaux locaux à Beaucourt. Tout cela montre l'investissement important de la communauté de communes dans la sécurité. "Et puis les policiers disposeront de missions nouvelles, comme la police environnementale, la gestion des déchets pour lutter contre les dépôts sauvages", explique le préfet du Territoire de Belfort Jean-Marie Girier. "Ils disposeront également de compétences judiciaires renforcées, sur demande du procureur de la République, afin qu'ils soient encore plus efficaces sur le terrain", estime-t-il.

Mais tout cela a un coût : le budget de fonctionnement de la police intercommunale s'élève à plus de 400 000 euros par an.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess