Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Population de l'Yonne : moins d'habitants au sud, plus nombreux au nord

-
Par , France Bleu Auxerre

Notre département a perdu 3.611 habitants en cinq ans. Nous sommes désormais 338.000 dans l'Yonne selon les derniers chiffres, datés de 2017 et publiés cette semaine par l'INSEE. Un département marqué par une forte disparité entre le nord et le sud.

Dynamique démographique au nord de l'Yonne : Pont-sur-Yonne et ses 3.334 habitants en 2017 a gagné 6% de population en dix ans
Dynamique démographique au nord de l'Yonne : Pont-sur-Yonne et ses 3.334 habitants en 2017 a gagné 6% de population en dix ans © Radio France - Renaud Candelier

Dans l’Avallonnais, le Tonnerrois, la Puisaye, 80% des communes perdent des habitants sur la période 2012 - 2017. Une baisse de population qui s’accélère constate Christophe Basso, chef des études à l'Insee à Dijon : "la population diminue, c'est une tendance assez marquée, c'était déjà la cas entre 2007 et 2012. Et rien ne nous dit aujourd'hui qu'il y aura une inversion de tendance. On peut imaginer que dans les années qui viennent la population continuera de baisser."

La population de l'Yonne diminue manifestement dans tout le sud du département
La population de l'Yonne diminue manifestement dans tout le sud du département - INSEE

S'il y a moins d'Icaunais, c'est que les femmes font moins d'enfants, que la population vieillit et que le sud de l'Yonne accueille peu de nouveaux arrivants. Même constat dans l’Auxerrois et le centre Yonne. A l’exception de quelques villages comme Les Ormes ou Bassou. 

L'effet positif de la proximité de l'Île-de-France

Dans l'Yonne, c'est le tiers nord qui continue d’être le plus dynamique. "C'est essentiellement dû à la proximité de l'Île-de-France, avec son bassin d'emploi", analyse Christophe Basso, "les gens s'éloignent un peu pour avoir une qualité de vie qui est un peu meilleure que celle qu'on peut trouver en proche banlieue parisienne, tout en profitant de la proximité du travail en Île-de-France."

Fouchères et ses 469 habitants est un village en forte croissance dans le Gâtinais, malgré l'absence de commerce et d'école
Fouchères et ses 469 habitants est un village en forte croissance dans le Gâtinais, malgré l'absence de commerce et d'école © Radio France - Renaud Candelier

Une population en hausse au nord de l'Yonne : illustration à Fouchères, un petit village qui a gagné 15% d'habitants en 10 ans - REPORTAGE Renaud Candelier

Au nord, la hausse de population ralentit

Mais la hausse de population notée ces dernières années, au nord de l'Yonne, tend à se réduire.  De 2007 à 2012 toutes les commune du Gâtinais gagnaient des habitants. Elles sont cinq à en perdre entre 2012 et 2017. Quant aux six principales villes de l'Yonne (plus de 5.000 habitants), en une décennie elles perdent toutes des habitants à l'exception de Sens.

Des petites villes qui gagnent des habitants

En revanche, des petites villes comme Monéteau, Brienon-sur-Armançon, Paron, Villeneuve-la-Guyard et Pont-sur-Yonne gagnent des habitants depuis 10 ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess