Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Démographie : la baisse de la population s’accentue en 2017 et 2018 en Bourgogne-Franche-Comté

-
Par , France Bleu Bourgogne

L'INSEE publie ce mardi 14 janvier son étude sur la démographie en Bourgogne-Franche-Comté. Notre région perd plus de 18 000 habitants en l'espace de deux ans. La Côte-d'Or et le Doubs, sont les seuls départements à rester stables. Explications.

Recencement démographique
Recencement démographique © Maxppp - Lionel VADAM

Dijon, France

Depuis 2015, la Bourgogne-Franche-Comté perd des habitants. Entre les 1ers janvier 2017 et 2019, elle en compte près de 18 100 de moins. En rythme annuel, la population décroît ainsi de 0,3 % par an. C'est la conséquence du vieillissement, le nombre de décès dépasse désormais largement le nombre de naissances. La Côte-d’Or et le Doubs affichent une population stable, quand la baisse démographique s’accentue notamment dans la Nièvre, l’Yonne, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort.

vieillissement de la population - illustration - Maxppp
vieillissement de la population - illustration © Maxppp - Vincent Isore

Le Nord moins fort que le Sud du pays 

Au 1er janvier 2019, la Bourgogne-Franche-Comté compterait 2 793 300 habitants (estimation provisoire). En France métropolitaine, la croissance démographique ralentit également sur ces deux années, mais demeure positive, avec une progression moyenne de 0,1 % par an. Elle est surtout portée par les régions de la moitié sud du pays, avec en tête la Corse (+ 1,0 % par an) et l’Occitanie (+ 0,5 % par an). En revanche, sur cette période, la région Bourgogne-Franche-Comté n’est pas la seule à perdre des habitants. La plupart des régions de la moitié nord du pays connaissent le même contexte démographique, notamment la Normandie avec un rythme équivalent à celui de la région ou encore les Hauts-de- France, Grand Est et Centre-Val de Loire avec un rythme légèrement plus faible (- 0,2 % par an).

Evolution de la population en France et en Bourgogne-Franche-Comté - Aucun(e)
Evolution de la population en France et en Bourgogne-Franche-Comté - Insee

Le déficit naturel s'accentue dans la région

En Bourgogne-Franche-Comté, la population baisse en raison d’un léger déficit migratoire installé depuis le début des années 2010 et d’un solde naturel de plus en plus déficitaire. Comme au niveau national, le solde naturel, différence entre le nombre de naissances et de décès, atteint en 2018 son plus bas niveau depuis la fin de la seconde guerre mondiale

naissance - illustration - Maxppp
naissance - illustration © Maxppp - Philippe de Poulpiquet

Population stable en Côte-d’Or et dans le Doubs 

La plupart des départements de la région connaissent un contexte démographique comparable à celui de la région, accusant à la fois un déficit naturel et une déprise démographique en 2017 et en 2018 . Dans le Jura et la Saône-et-Loire, la population diminue au même rythme que la région. En Haute-Saône (-0,5 % par an), dans l’Yonne (-0,6 % par an) et surtout dans la Nièvre (-1,2 % par an), le nombre d’habitants baisse à un rythme plus soutenu, sous l’effet conjugué d’un déficit migratoire marqué et d’un déficit naturel qui s’accentue. 

La population du Territoire de Belfort diminue également sur ces deux années au rythme de -0,5 % par an, malgré un moteur naturel excédentaire. Le département pâtit en effet d’un déficit migratoire important qui tend à se creuser. Seuls les départements de la Côte-d’Or et du Doubs parviennent à stabiliser leur nombre d’habitants sur cette période. Bien qu’en repli, le solde naturel est encore largement positif dans le Doubs, département le plus jeune de la région. En Côte-d’Or, le solde naturel reste tout juste positif en 2018. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu