Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Denier de l'Église : des dons en baisse en Haute-Loire

Le diocèse du Puy-en-Velay (Haute-Loire) lance ce dimanche sa campagne pour le denier de l'Église. Il veut tenter d'inverser une tendance à la baisse des dons depuis quelques années.

Le diocèse du Puy-en-Velay doit trouver de nouveaux donateurs
Le diocèse du Puy-en-Velay doit trouver de nouveaux donateurs © Radio France - Mathilde Montagnon

Le Puy-en-Velay, France

La campagne pour le denier de l'Église commence ce dimanche, à l'occasion de la messe des Rameaux.  Le denier de l'Église c'est une campagne des diocèses pour inciter les catholiques à faire des dons. En France, l'Église catholique fonctionne uniquement grâce à la générosité de ses fidèles : aucune aide de l'État bien sûr ou même du Vatican.

Alors pour Laurent Aulagnier, l'économe du Diocèse du Puy-en-Velay (Haute-Loire), le denier de l'Eglise est essentiel. "Cela représente environs 40% du total des ressources de l'Église. Mais cela représente surtout le paiement des prêtres et des laïcs qui travaillent pour le diocèse du Puy-en-Velay. La tendance est plutôt à la baisse de manière régulière mais faible. Il n'y a pas d'inquiétude particulière dans la mesure où les sommes en jeu restent importantes (un peu plus de 1.1 million d'euros pour 2018). L'érosion est lente mais c'est un souci pour l'avenir. L'Église ne vit que de dons, strictement de dons, et des dons de fidèles de Haute-Loire. Les idées que le Vatican ou d'autres donneraient sont erronés. D'où l'importance du denier notamment !"

Laurent Aulagnier, l'économe du diocèse du Puy-en-Velay

40% de ses ressources de l'Église proviennent donc du denier, 23% des quêtes, 12% du casuel, versé à l'occasion des mariages, funérailles ou baptêmes, 16% des legs et 7% des messes. L'an dernier, le denier avait permis de récolter 1 164 077 euros Haute-Loire. Soit 3.5% de moins que l'année précédente (1 207 413 euros de dons en 2017). Le nombre de donateurs est également en baisse : 7 568 en 2018 contre 7 790 en 2017 soit une baisse de 2.8%. En 2018, le don moyen s'élevait à 154 euros. 

"Le diocèse du Puy n'est pas spécialement riche selon son évêque Luc Crépy, il est dans la moyenne des autres diocèse. Les gens au niveau du denier en Haute-Loire sont généreux (...) On a aussi un certain nombre de personne qui décident qu'après leur mort tel ou tel de leurs biens irait soit pour la paroisse soit pour le diocèse. Cet argent est là et sert à la vie de toute l'Église". 

Reportage de Mathilde Montagnon

Le denier sert à financer les revenus des prêtres et des laïcs qui travaillent pour le diocèse. Un prêtre touche environs 1 200 euros par mois. On compte 110 prêtres dans le diocèse du Puy dont 80 actifs (les autres sont retraités). Et 42 équivalents temps plein de personnes laïques travaillant pour l'Eglise.

Choix de la station

France Bleu