Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Denier de l’église : le diocèse de Belfort Montbéliard garde la foi

lundi 5 mars 2018 à 6:01 Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard

C'est une ressource vitale pour l'église catholique. La campagne officielle de collecte du denier de l’église a été lancé ce week-end en Franche- Comté. Cette année, les diocèses de Belfort Montbéliard, Besançon et Saint Claude dans le Jura mutualisent leurs moyens de communication.

C'est parfois aux messes du dimanche que les fidèles apportent leur denier comme ici  Danjoutin
C'est parfois aux messes du dimanche que les fidèles apportent leur denier comme ici Danjoutin © Radio France - Nicolas Wilhelm

Belfort, France

Le denier de l’église rapporte un million d'euros par an au diocèse de Belfort Montbéliard. Cet argent ne sert pas à entretenir les églises mais à payer les prêtres. On en recense 73 dans le nord Franche Comté. L’argent récolté sert aussi à rémunérer les laïques embauchés par le diocèse et à financer diverses formations. 

L’église, ce n’est pas le Vatican ! – Georges, donateur et catholique pratiquant de Danjoutin

Si ce n'est pas déjà fait, vous allez donc prochainement recevoir dans votre courrier la fameuse lettre paroissiale accompagnée d'une enveloppe. « Moi, je donne entre 100 et 150 euros par an. C’est une obligation morale pour moi de donner à l’église. Contrairement à ce que beaucoup pensent, elle n’est pas si riche que ça. Quand les gens voient l’église, ils pensent au Vatican. Les curés n’ont pas des salaires mirobolants » expliquent Georges Llamas de Danjoutin. Ce catholique pratiquant donne depuis plus de 20 ans au denier de l'église. Si cet argent sert à rémunérer les prêtres, l'entretien des églises est lui assuré par les communes quand elles en sont les propriétaires. Sinon, ce sont les diocèses qui financent les travaux et restauration grâce aux quêtes du dimanche à la messe, aux dons exceptionnels ou encore aux offrandes lors des baptêmes et mariages.

Baisse de 5% entre 2016 et 2017

Dans le diocèse de Belfort Montbéliard, les dons pour le denier de l'église sont en baisse : moins 5% entre 2016 et 2017. Les donateurs sont de moins en moins nombreux tout simplement parce qu'ils vieillissent. « L’ancien disparaît. Le donateur moyen a plus de 60 ans. Mais le jeune qui se met à donner donne de manière régulière sous forme d’avis de prélèvement. Cela compense doucement. Le don en ligne se développe sur notre site » indique Christian Clases, l'économe (trésorier) du diocèse de Belfort Montbéliard.

Déductibles des impôts

L'église catholique a tout intérêt à moderniser ses modes de collecte. La fameuse enveloppe qui accompagne la fameuse lettre paroissiale ne suffit plus. Et ce sont souvent les paroissiens fidèles qui assurent la distribution et leur mission n'est pas toujours simple. « La difficulté pour les distributeurs, c’est d’accéder aux boîtes aux lettres avec les digicodes notamment. Du coup, le nombre de personnes sollicitées est moindre. L’idée est de passer par internet pour contacter les couples qu’on a pu rencontrer lors de mariages ou de baptêmes » explique l'abbé Louis Groslambert, le prêtre des paroisses Sainte Trinité et Saint Antoine qui regroupe dix communes du Territoire de Belfort. 

Dans 80% des cas, les gens font des chèques qu'ils envoient par la poste ou qu'ils déposent directement dans les boîtes aux lettres des paroisses. Certains l'apportent aussi à la quête lors des messes du dimanche.