Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dépistage du Covid en Bretagne : les laboratoires d'analyses débordés

Alors que le gouvernement souhaite augmenter le nombre de tests Covid-19 effectués chaque jour en France, les laboratoires bretons commencent à saturer. Les délais pour prendre un rendez-vous se sont allongés.

Un drive Covid a été ouvert à l'arrière du laboratoire.
Un drive Covid a été ouvert à l'arrière du laboratoire. © Radio France - Benjamin Fontaine

Dans sa blouse blanche, Erwan Mordelet, le biologiste du laboratoire Laborizon du quartier Villejean de Rennes nous reçoit sur le "drive Covid" mis en place à l'arrière du bâtiment. Le coup de feu est passé. "Tout est calme maintenant mais il y a encore quelques dizaines de minutes des gens faisaient la queue sur le trottoir pour effectuer un test PCR," confie le médecin.

Ces dernières semaines le drive ouvert deux heures par jour n'a pas désempli. "Nous faisons désormais une trentaine de tests par jour sur ce laboratoire et 700 par semaine sur l’ensemble des 12 sites rennais, soit plus du double par rapport au début du mois." Plusieurs facteurs expliquent cette augmentation. "Les médecins font plus de prescriptions et nous envoient les patients qui présentent des symptômes. Certaines personnes doivent faire un test avant de partir en voyage et il faut le faire dans les deux ou trois jours avant le vol. A cela s'ajoute les campagnes de dépistage de la sécurité sociale. Ça fait du monde," sourit Erwan Mordelet. 

Trois fois plus de tests à effectuer

Pour suivre la cadence, cinq salariés ont été embauchés pour répondre au téléphone et prendre les rendez-vous. Des infirmières ont été appelées en renfort pour réaliser les tests qui sont tous envoyés sur la plateforme de Mordelles. Dans son laboratoire de Bain-de-Bretagne, Bruno Chauvel, médecin biologiste fait le même constat. "Je suis parti en vacances pendant deux semaines et nous avons triplé le nombre de tests. Nous avons déjà prévenu l'Agence régionale de santé que l'on pourrait manquer de mains pour faire les dépistages."

La peur d'une nouvelle pénurie de matériel

La semaine dernière, les services de l'ARS ont pourtant annoncé que les campagnes de tests pourraient encore s'amplifier. "Je pense que nous pouvons encore augmenter la capacité de dépistage de 30% mais après ce sera vraiment compliqué", assure Erwan Mordelet. A cela s'ajoute une autre inquiétude, celle de manquer de matériel. "Il y a eu des tensions au mois d'avril. Les stocks d'écouvillons ou de surblouses diminuent vite et nous devons faire jouer les réseaux pour s'assurer d'avoir le matériel nécessaire."

A la différence des Côtes-d'Armor ou du Finistère, l'Ille-et-Vilaine et le Morbihan ne comptent pas de nouveau foyer épidémique. Un soulagement pour les biologistes car dans ces deux départements, où des campagnes massives de tests sont menées, le temps d'attente pour obtenir un rendez-vous est de plus en plus long.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess