Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : de plus en plus de Parisiens quittent la capitale pour s'installer dans le Sud

-
Par , France Bleu Provence

Avec la crise du Covid-19 et le confinement, de nombreux Parisiens et Franciliens ont décidé de quitter la capitale pour s'installer en province et notamment dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Une tendance que confirment les agents immobiliers locaux.

Un ciel voilé au-dessus de Sainte-Victoire
Un ciel voilé au-dessus de Sainte-Victoire © Radio France - Cédric Frémi

C'estun petit exode. Plus d'un Parisien sur 10 a quitté la capitale depuis le début du confinement. Selon une étude de l'INSEE basée sur des données anonymes issues du réseau de téléphonie Orange, depuis le début du confinement, Paris intramuros s'est vidé de 11% à 12% de ses habitants et même de 22% à 23% si l'on prend en compte ceux qui y séjournent sans y résider. Les Parisiens sont partis majoritairement en Normandie, en Bourgogne, dans le Centre, en Bretagne et dans les autres départements du littoral atlantique. D'autres, et ils sont nombreux, ont choisi la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et la métropole Aix-Marseille pour sa qualité de vie et sa proximité avec la gare d'Aix TGV et l'aéroport de Marignane. 

La crise du coronavirus, un coup d'accélérateur 

À 38 ans, Clémence, originaire du Vaucluse, a décidé de sauter le pas. Cette commerciale vit depuis 18 ans à Paris. Mais le confinement l'a convaincue de changer de vie. Après trois semaines "enfermés" dans leur appartement du 18e arrondissement, Clémence, son mari et leurs deux enfants de 3 et 8 ans, sont partis s' installer provisoirement à Bédoin dans le Vaucluse, dans l'hôtel vide de son frère. 

"Notre décision de quitter Paris avait été prise en janvier, mais le confinement a très clairement accéléré notre projet. Travailler, faire les courses, faire l'école aux enfants... On a très mal vécu ce confinement. Ce qui m'a le plus manqué, c'est la verdure. À Paris tout est gris, vide et avec toutes ces boutiques fermées, c'était sordide. Soudain, tout ce que j'aimais à Paris (son agitation, ses sociétés, ses musées) a disparu". Après trois semaines passées au vert en Vaucluse, pour la famille c'est une évidence : plus question de remonter à Paris ! Elle a d'ailleurs mis son appartement en vente et cherche activement une maison autour d'Aix-en-Provence. 

Avec le développement du télétravail, vivre à Paris n'est plus une obligation

Cet exode de Paris, David Credoz, directeur de l'agence immobilière Homdek basée à Bouc-Bel-Air, le confirme. Depuis le confinement, il constate une augmentation du nombre de Parisiens et Franciliens qui souhaitent s'installer entre Aix et Marseille. "Habituellement, les deux-tiers de nos clients ne sont pas de la région et 80 % d'entre eux viennent de Paris ou de la région parisienne. Au départ,  ce sont des personnes qui avaient des projets de quitter Paris de venir dans notre région car il fait beau, il y a la mer et les cigales... Mais là, il y a une vraie accélération".

Il a deux sortes de profils : "Les projets de mutation et les projets d’indépendants qui, avec le confinement, se sont rendus compte qu'on pouvait travailler à distance et vivre dans un environnement agréable quitte à prendre régulièrement le TGV ou l'avion pour aller à Paris voir des clients ou ses équipes".  

"Les gens ont réalisé que le confinement qui paraissait encore impossible il y a quelques mois pouvait arriver et pourrait même se reproduire. Et ce constat pousse de nombreuses personnes à changer de vie", explique David Credoz.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess