Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Derby Nîmes - Montpellier: les ultras héraultais appellent leurs supporters à ne pas se rendre au stade

samedi 2 février 2019 à 12:44 Par Julie Munch, France Bleu Gard Lozère et France Bleu Hérault

Face au mesures de sécurités importantes mises en place par la préfecture du Gard, les ultras de Montpellier appellent les supporters héraultais à ne pas se rendre au stade des Costières pour ce derby choc entre le Nîmes Olympique et le MHSC.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp -

Nîmes, France

C'est une décision de raison qu'ont pris les ultras de Montpellier. Dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, ils appellent les supporters héraultais à ne pas se rendre au stade des Costières lors du derby choc entre le Nîmes Olympique et le MHSC ce dimanche 3 février. La préfecture du Gard les a interdit de stade. Les ultras dénoncent donc "une chasse aux supporters Montpelliérains" mais appellent les supporters Palladins à "ne pas se rendre dans le Gard dans un devoir de responsabilité". 

Un périmètre de sécurité large autour du stade

Le préfet du Gard a pris trois arrêtés pour sécuriser les abords du stade des Costières. Sur les routes et l'autoroute A9, les gendarmes contrôleront les voitures venant de l'Hérault. L’échangeur de Nîmes Centre sera fermé de 11h à 18H. La circulation est également interdite aux abords du stade et le périmètre interdit aux supporters va du stade à l'écusson nîmois et jusqu'à l'échangeur de Nîmes Ouest. 

Ceux qui braveraient l'interdiction ministérielle de venir au stade encourent jusqu'à six mois de prison, 30 000 euros d'amende et 1 an d'interdiction de stade.