Société

Derrière le compte Instagram d'une Parisienne en vogue se cachait une campagne contre l'alcoolisme

Par Marina Cabiten, France Bleu jeudi 22 septembre 2016 à 16:06

Louise Delage était en fait un compte créé pour sensibiliser les jeunes au problème de l'alcoolisme
Louise Delage était en fait un compte créé pour sensibiliser les jeunes au problème de l'alcoolisme - Capture d'écran - Instagram

Louise Delage, 25 ans, partageait depuis cet été son quotidien de jeune fille festive sur le réseau social Instagram. Il a été révélé jeudi que ce compte visait en fait à faire campagne contre l'alcoolisme.

Au bord de la piscine, en soirée avec des amis ou seule chez elle, Louise Delage a commencé cet été à partager sur le réseau social Instagram sa vie de jeune et jolie Parisienne qui profite de la vie. Et cela plaît, puisqu'elle accumule vite des milliers d'abonnés sur son compte. Mais ce jeudi, Louise Delage n'existe plus. Il s'agissait en fait d'un profil fictif, créé bénévolement par une agence de pub pour le compte d'une association. Son objectif : sensibiliser (notamment les jeunes) à une forme d'alcoolisme bien réelle et sérieuse, qui se cache parfois derrière des apparences festives mais trompeuses.

Une souffrance cachée

"Ses followers avaient-ils vraiment conscience de ce qu'ils likaient ?" demande l'association dans la vidéo explicative mise en ligne jeudi. Ce n'est pas forcément flagrant, mais il y a sur chacun des 150 clichés publiés en six semaines par "Louise Delage" un verre d'alcool ou une bouteille de bière.

👀 Look 👀

A post shared by Louise Delage (@louise.delage) on

Family #latergram

A post shared by Louise Delage (@louise.delage) on

Le Fonds Action Addiction qui a lancé cette campagne souligne dans Grazia que "des personnes intégrées, qui travaillent, font la fête", peuvent aussi cacher "une souffrance" à côté de laquelle leurs proches peuvent passer. " Je regrette d'ailleurs de voir dans les commentaires des photos que si certains s'alarment de la consommation de la jeune femme, aucun ne propose leur aide", ajoute Michel Reynaud, addictologue et président de cette fondation.