Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Derrière le volant, il fait 50 degrés" pestent les chauffeurs de bus de Poitiers

-
Par , France Bleu Poitou

Contrairement à la neige, la chaleur ne perturbe pas les trajets de bus Vitalis dans le Grand Poitiers. Derrière les vitres, les températures grimpent bien au delà des 40 degrés, les chauffeurs interpellent donc la direction pour aménager leurs journées de travail.

Bus de ville Vitalis dans Poitiers.
Bus de ville Vitalis dans Poitiers. © Radio France - Lila Lefebvre

Poitiers, France

C'est une sensation qu'on connait tous, monter dans sa voiture restée en plein soleil, se brûler les cuisses sur le siège, les mains sur le volant... "imaginez que nous c'est ça pendant cinq heures", appuie Aline Gabet, conductrice depuis 19 ans et déléguée syndicale chez Sud. Les  chauffeurs de Vitalis qui desservent le Grand Poitiers appellent leur direction à prendre des mesures supplémentaires pour les protéger de la chaleur pendant le nouvel épisode de canicule. 

"C'est insupportable", assène Joël Mesmin, chauffeur de bus depuis 38 ans et délégué CGT chez Vitalis. "Lors de la canicule précédente en juin, la direction avait juste prévu une distribution d'eau", soupire-t-il, des agents seront postés aux arrêts Aristide Briand et Place le Petit pour distribuer des bouteilles aux chauffeurs. "Pour nous c'est insuffisant"

Quand nous montons dans le bus nous partons pour cinq heures", Aline Gabet, déléguée syndicale chez Sud. 

"L'hiver nous adaptons les trajets en fonction de la neige, pourquoi ne pas limiter les trajets de bus pendant la canicule ?", poursuit Joël Mesmin. "Il nous faudrait plus de pause entre les trajets pour nous reposer et nous rafraîchir, abonde Aline Gabet, quand nous montons dans le bus nous partons pour cinq heures !"

Les deux syndicalistes aimeraient aussi bénéficier d'une salle réfrigérée au siège de Vitalis avenue de Northampton à Poitiers. "Ça se fait dans les EHPAD, dans les crèches, pourquoi pas chez nous ?"