Société

Des achats en ligne plus sûrs en Europe dès 2020

Par Corinne Fugler, France Bleu Alsace et France Bleu mardi 14 novembre 2017 à 17:56

En Alsace, les services des douanes détruisent des meubles contrefaits
En Alsace, les services des douanes détruisent des meubles contrefaits © Maxppp - Dominique GUTEKUNST

68% des plaintes reçues par les centres européens des consommateurs concernent l'e-commerce. Les achats en ligne seront plus sûrs grâce au futur règlement approuvé ce mardi par le Parlement européen. Il va améliorer, dès 2020, la coopération entre les services de répression des fraudes de l'U.E.

L'essentiel des plaintes reçues par les centres européens de la consommation, soit sept plaintes sur dix, concerne l'e-commerce. Dès 2020, tout devrait s'arranger. Le Parlement européen a voté ce mardi 14 novembre à Strasbourg un règlement qui va améliorer la coopération entre les différents états.

Gare aux contrefaçons!

Faire son shopping dans toute l'Europe sans bouger de chez soi, c'est facile, à condition de respecter quelques règles de prudence. Un exemple: le meuble design proposé en ligne à prix cassé, une spécialité irlandaise. Le meuble est une copie, proposée par un commerçant situé dans un pays qui n'est pas trop regardant sur la contrefaçon. L'objet qui arrivera chez vous, s'il arrive, sera certainement de qualité médiocre. La Grande-Bretagne, aussi, est connue pour ses sites qui proposent des articles de grande marque à des prix défiants toute concurrence, en réalité des contrefaçons. Il y a enfin ces magnifiques voitures allemandes qui n'existent qu'en photo. En général, un œil exercé détecte vite la supercherie, mais il existe des pièges plus subtils, comme le smartphone à un euro qui cache des livraisons sur abonnement ou des prélèvements bancaires inattendus.

Les options cachées

Autre piège, la case pré-cochée qui apparaît au moment où vous passez votre commande, ou pas du tout, qui vous vaudra des envois non sollicités et dûment tarifés. C'est une pratique qui hérisse les associations de consommateurs contre laquelle le Parlement européen veut lutter. Le règlement adopté à Strasbourg va améliorer la coopération entre les directions des fraudes des différents états. Les agents pourront recourir aux "achats-mystères" pour confondre les escrocs, des achats-tests sous une fausse identité. Ils pourront obtenir la collaboration des banques ou des domaines qui hébergent les escrocs. Les sanctions, aussi, seront renforcées. Ce texte doit encore être adopté par le Conseil de l'Union européenne. Il s'appliquera deux ans plus tard, sans doute en 2020.

Selon la Commission européenne, plus d'un tiers des sites de vente en ligne ne respecte pas les droits des consommateurs. Sur 2.700 sites contrôlés en 2014, des vendeurs de vêtements, de voyages, de jeux, d'équipement high-tech ou de produits bancaires, 37% étaient en infraction. Articles jamais livrés, commandes soi-disant bloquées en douane, fraudes à la carte bancaire, les escrocs ont toujours un temps d'avance sur les services de répression des fraudes. Ce futur règlement européen devrait leur compliquer la tâche.

Retrouvez l'actualité européenne sur le site de l'émission "Tous Européens"