Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des agriculteurs désabusés après l'installation de gens du voyage sur un terrain agricole

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

A Grandvillars, une centaine de caravanes de gens du voyage s'est installée sur un terrain agricole privé. Quatre plaintes ont été déposées par des éleveurs et propriétaires, qui ont vu leur récolte d'herbe anéantie, et craignent des dommages à long terme dans cette zone classée Natura 2000.

Les gens du voyage se sont installés sur un terrain de plusieurs hectares exploité par plusieurs agriculteurs
Les gens du voyage se sont installés sur un terrain de plusieurs hectares exploité par plusieurs agriculteurs © Radio France - Nolwenn Quioc

Grandvillars, France

Des voitures qui vont et qui viennent, des remorques, un chapiteau en cours de montage : la prairie située le long de la départementale, à l'entrée de Grandvillars côté Morvillars, se métamorphose depuis dimanche. 150 caravanes de gens du voyage sont attendues, au total 300 personnes, pour célébrer le mariage de deux jeunes de la région.

Quatre plaintes déposées

Mais cet événement ne fait pas que des heureux : les invités se sont installés sur des terres agricoles privées, des prairies d'herbe fauchées pour faire du foin pour l'hiver. Quatre plaintes ont été déposées par des propriétaires et des exploitants, parmi lesquels Guillaume, éleveur de vaches laitières à Froidefontaine. 

Il s'apprêtait à faucher l'herbe, la semaine prochaine, pour faire des provisions pour ses vaches, c'est raté. "On comptait dessus, l'année dernière les stocks étaient à zéro, il n'y avait plus rien dans les hangars explique l'éleveur. Cette année c'est un peu mieux, mais c'est dommage, avec la pluie qu'il y a eu, de retrouver sa récolte fichue en l'air".

Être plus près de la famille pour le mariage

La plupart des caravanes des gens du voyage étaient jusqu'à présent stationnées sur l'aire de grand passage de Fontaine. Alors pourquoi ne pas ne pas y rester le temps du mariage ? "On vient ici parce que c'est plus moderne, Répond Jean Yatchi, le responsable de la communauté. On a de la famille ici à côté de la douane." Les convives doivent arriver de toute la France, et même de Suisse ou d'Allemagne.

"C'est une grande place, et il y a beaucoup de caravanes, c'est pour ça qu'on s'est installés ici. Mais il n'y aura pas de problèmes, on va ramasser les ordures avant de partir" - Jean Yatchi, le responsable de la communauté

Jean Yatchi est le responable des gens du voyages installés à Grandvillars pour un mariage - Radio France
Jean Yatchi est le responable des gens du voyages installés à Grandvillars pour un mariage © Radio France - Nolwenn Quioc

Une zone classée Natura 2000

Mais pour les agriculteurs, le mal est fait : "Les gens du voyage sont rentrés quand il avait plu près de 25 mm, dimanche soir, se désole Guillaume, désabusé. Ça casse la structure du sol, ça pénalise la repousse pour les campagnes suivantes, et ça nécessite une remise en l'état qui coûte de l'argent". 

D'autant que la zone est classée Natura 2000, ce qui implique des contraintes supplémentaires pour les agriculteurs en terme de respect de l'environnement. Il n'ont par exemple pas le droit de labourer le sol. "Comment est-ce qu'on va remettre en état ? honnêtement.. je ne sais pas, répond Guillaume. On va sans doute demander une dérogation. Heureusement, nous sommes soutenus par les syndicats" agricoles.

Des dérogations pour pouvoir labourer le sol 

La préfecture, de son côté, a bien conscience du problème. C'est la deuxième fois cet été que des gens du voyage s'installent sur ce terrain : la dernière fois c'était une cinquantaine de caravanes, il y a 15 jours. "Les exploitants ou les propriétaires peuvent effectivement faire une demande de dérogations à la DDT, la direction départementale des territoires, pour pouvoir faire des retournements de prairie, détaille Elise Dabouis, la secrétaire générale de la préfecture. Les services de l'Etat étudieront ces demandes avec la plus grande bienveillance." 

Une réunion doit également avoir lieu en préfecture début septembre, pour évoquer le problème, avec la DDT, les forces de l'ordre et des membres de la chambre d'agriculture. Objectif : mieux informer les agriculteurs des procédures disponibles lors de l'installation de gens du voyage sur un terrain sans autorisation, afin d'obtenir une expulsion ou une indemnisation, mais aussi trouver des solutions pour être plus réactif face à ce genre de situation. 

La fédération de pêche du Territoire de Belfort, a également réagi à l'installation des gens du voyage sur ce terrain. Son président, Mathieu Perez, rappelle que la Préfecture s'était émue de la présence de véhicules de pêcheurs sur cette zone Natura 2000 au bord de l'Allaine, alors que la présence de voitures et de caravanes des gens du voyage risque de causer "divers nuisances préjudiciable à la faune et la flore". "Dois-je comprendre qu’il existe deux poids de mesures concernant la considération des atteintes commise à l’environnement selon les auteurs ?" s'interroge le président, qui pointe également la présence de déchets abandonnés dans les bocages et sur les berges de la rivière.

Départ dimanche, les agriculteurs invités au mariage

A Grandvillars, les gens du voyage ont prévu de repartir dimanche. Jean Yatchi, le responsable, comprend l'exaspération des agriculteurs : "Oui, c'est compliqué, mais ils n'ont pas le choix. Mais les agriculteurs ici sont très gentils, très agréables. Et s'ils veulent venir au mariage, moi je les accepte !". L'invitation est lancée.