Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : des appels visio pour maintenir le lien entre les résidents des Ehpad et leurs proches confinés

-
Par , France Bleu Mayenne

Les résidents des Ehpad, ces maisons de retraite pour personnes âgées dépendantes, n'ont pas vu leurs proches depuis près de trois semaines, à cause du coronavirus et du confinement. Certains établissements organisent des appels en visio, par ordinateur ou tablette tactile.

Image d'illustration - Les familles peuvent garder un lien avec leurs proches dans les Ehpad.
Image d'illustration - Les familles peuvent garder un lien avec leurs proches dans les Ehpad. © Maxppp - FRANCOIS DESTOC

Maintenir le lien malgré le confinement, entre les résidents des Ehpad et leurs proches. Ces maisons de retraites pour personnes âgées dépendantes sont totalement fermées aux visiteurs depuis près de trois semaines, la décision du gouvernement a été annoncée le 11 mars dernier, pour protéger les résidents du coronavirus. Les familles ne peuvent plus voir, physiquement, leurs proches. 

Maman m'a vu. Elle m'a entendu, elle m'a reconnu.

Alors des Ehpad mettent en place des visites virtuelles, par Skype ou WhatsApp, en visio, grâce à des ordinateurs portables ou des tablettes tactiles. C'est le cas de l'Ehpad du CCAS, quartier Ferrié à Laval. Lucienne, 95 ans, a ainsi pu communiquer par Skype pour la première fois de sa vie avec son fils, Christian. Il avait l'habitude d'aller voir sa mère deux à trois fois par mois, le téléphone et Internet permettent de garder un lien.

"On est à la limite du virtuel. C'est à dire que maman m'a vu, a vu mon épouse. Elle m'a entendu, elle m'a reconnu, c'est déjà quelque chose concret. Tout ce qui peut entretenir la mémoire, ce sont des sollicitations utiles. Même si elle n'est pas très bavarde", sourit Christian, qui peut prévoir les créneaux de conversation Skype avec la psychologue.

Christian a pu parler à sa mère, Lucienne, 95 ans, au téléphone et par Skype.

On a ça présent à l'esprit, que le virus fasse des dégâts dans l'établissement

Des échanges par écrans interposés, encadrés donc par une psychologue, qui rassurent des familles angoissées. "C'est quand même difficile cette situation, les risques sanitaires qu'il y a derrière. C'est le genre de concentration humaine qui est favorable à la diffusion, on a ça présent à l'esprit, que le virus fasse des dégâts dans l'établissement. Par rapport à elle, dans la communication, il faut être positif. La continuité c'est quelque chose d'important, pour elle et pour nous".

Des échanges qui rassurent Christian.

En plus des contacts par téléphone et par skype, l'Ehpad envoie tous les jours des photos des résidents lors des activités organisées, et communique sur les mesures mises en place, explique le directeur, Hugo Thorel.

"Nous avons mis en place également la réalisation de vidéos à destination des familles, par exemple pour montrer les progrès d'un résident sur un accompagnement à l'aide à la marche, avec l'ergothérapeute. Il y a aussi des appels systématiques des référents soignants envers les référents familiaux. Et nous avons mis en place un bulletin journalier, dont l'objectif est d'apporter un maximum d'informations pour les familles, connaître les actions de précaution et de prévention mises en place pour protéger les résidents et les professionnels. Et d'avoir tous les jours des informations sur la vie sociale des résidents, leur quotidien", détaille Hugo Thorel.

"Apporter cette transparence, c'est aussi rassurer sur les moyens matériels, les moyens humains.

Le directeur de l'Ehpad, Hugo Thorel.

"Apporter cette transparence, c'est aussi rassurer. Rassurer sur les moyens matériels, les moyens humains, sur les gestes barrières, sur les gestes de précaution, respectés avec une grande vigilance par l'ensemble des professionnels. Aujourd'hui nous arrivons à gérer nos stocks pour que tous les professionnels puissent profiter du matériel nécessaire pour se protéger et protéger les autres. Les familles ont extrêmement besoin d'être rassurées. Cette transparence est capitale, si on veut que les choses se déroulent correctement. Il ne faut qu'il y ait d'effet de panique dans un contexte où aujourd’hui tout va bien", assure le directeur.

Les familles ont extrêmement besoin d'être rassurées. Cette transparence est capitale. 

Le personnel de l'Ehpad fait en sorte que les résidents soient le moins perturbés possible. "C'est effectivement une perte de repères. Il faut que l'on essaie de minimiser l'impact que ça peut avoir sur leur quotidien, toujours avec beaucoup de bienveillance, pouvoir les accompagner correctement", ajoute Hugo Thorel. 

Le directeur de l'Ehpad, Hugo Thorel.

Une implication saluée par les proches des résidents comme Christian, "ces personnels soignants sont épatants", dit-il, "merci pour tout ce qu'ils font, merci de leur implication, leur mobilisation, avec tous les risques que ça peut comporter".

L'EHPAD du CCAS de Laval est composé de deux résidences, la résidence Ferrié et la résidence Hestia, soit au total 168 résidents, encadrés par deux psychologues. En une dizaine de jours, une quarantaine d'appels Skype ont déjà été organisés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu