Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des Bourguignons participent au marathon de New-York

samedi 4 novembre 2017 à 18:27 Par France Bleu Bourgogne, France Bleu Bourgogne

Une dizaine de marathoniens de Beaune et Dijon se sont donnés rendez-vous à New-York pour participer, ce dimanche, à une des courses les plus célèbres du monde. Et ils seront bel et bien sur la ligne de départ, près d'une semaine après l'attentat de Manhattan.

Thomas a récupéré son dossard numéro 16.508 à son arrivée aux Etats-Unis
Thomas a récupéré son dossard numéro 16.508 à son arrivée aux Etats-Unis © Radio France - Florian Cazzola

Bourgogne, France

C'est une course de rêve. 42.195 kilomètres légendaires. Plus de 50 000 participants sur la ligne de départ. Le marathon de New-York, aux Etats-Unis, a lieu ce dimanche, et il ne ressemble à aucun autre. Quelques bourguignons ont fait le déplacement pour inscrire leur nom sur la colonne des "finishers", des personnes ayant dompté le bitume de la Grosse Pomme. Et le récent attentat de Manhattan, qui a fait huit morts et douze blessés, le 31 octobre dernier, ne les a pas fait changer d'avis.

Trois Beaunois sont inscrits au marathon de New-York

C'était un vrai défi. Thomas, son père et un ami prendront le départ, ce dimanche, au marathon de New-York. "C'est une véritable aventure humaine, sourie Thomas, un beaunois qui a entraîné son père dans l'aventure. C'est unique au monde. C'est tellement intense que je ne trouve pas les mots. Si, il y a bien un marathon à faire dans sa vie, c'est celui-ci."

Thomas a récupéré son dossard numéro 16.508 à son arrivée aux Etats-Unis. "Nous avons couru cinq kilomètres dans Central Park aujourd'hui, explique t-il. Tout s'est bien passé. Nous sommes prêts. Mon père a perdu 17 kilos depuis qu'il s’entraîne pour cette course. Il est dans la forme de sa vie. Savoir que l'on va courir, ça change vraiment un homme."

Hors de question de manquer l’événement

Certains courent, d'autres traversent l'océan Atlantique pour les encourager. Franck est de ceux-là. Ce dijonnais a fait le voyage pour visiter la Grosse Pomme, et accessoirement donner de la voix pour ses amis. "J'ai appris qu'il y avait eu un attentat à New-York lorsque je suis arrivé à l'aéroport, raconte -t-il. On a quand même un œil à droite à gauche. Je reste vigilant. Mais je ne me résout pas à vivre dans un climat de peur. Je préfère profiter de l'instant présent." Depuis qu'il est arrivé, il observe une présence policière accrue par rapport à ses précédents voyages. Le niveau de sécurité est maximal à moins de 24 heures de la course et certains secteurs de la ville sont interdits. "A Ground Zéro par exemple, il est impossible de s'y balader."

La vie continue à New-York mais les stigmates restent encore présents. "J'étais à un match de basket des Knicks, hier, détaille Franck. Au moment de l'hymne national, tout le monde s'est levé, et j'ai ressenti une émotion énorme. Je ne peux pas imaginer qu'il n'y ait pas d'hommage pendant la course. C'est impossible." Du côté des marathoniens, le souvenir de cette attaque est toujours présent. "Mais on n'y pense pas vraiment, conclue Thomas. On se dit qu'il faut vivre, c'est tout !"