Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des boutiques de lingerie landaises envoient une culotte à Matignon pour demander leur réouverture

-
Par , France Bleu Gascogne

A travers toutes la France des boutiques indépendantes de lingeries ont envoyé une culotte à Matignon, à l'intention spéciale du Premier ministre Jean Castex. C'est l'action #action culottée, menée par les membres du collectif des Détaillantes de Lingerie et Bain, parmi elles deux Landaises.

Marie Lise Polo, de Eve Boutique à Mont-de-Marsan, a choisi une culotte de marque française pour l'envoyer à Jean Castex
Marie Lise Polo, de Eve Boutique à Mont-de-Marsan, a choisi une culotte de marque française pour l'envoyer à Jean Castex © Radio France - Anna Bonnemasou-Carrère

Elles envoient leur petite culotte à Jean Castex. Alors pas leur culotte précisément, mais une de leurs rayons. Elles, ce sont les 484 membres du collectif des Détaillantes de Lingeries et Bains. Ces vendeuses indépendantes de sous-vêtements se sont mobilisées à travers toute la France pour faire entendre leurs revendications auprès de Matignon. 

Dénoncer des pertes importantes

Depuis l'annonce du troisième confinement, le 31 mars dernier, ces enseignes, jugées non essentielles ont du fermer pour la troisième fois, un nouveau coup dur pour ces commerces dont les ventes sont en chute libre depuis le début de la crise du Covid. "Entre 2019 et 2020, j'ai perdu 30 % de mes ventes, explique Marie Lise Polo de Eve Boutique à Mont-de-Marsan. Cela représente les ventes de toute une saison, si on convertit, c'est 60 à 70 000 euros de pertes

Contenu du courrier adressé à Jean Castex pour demander la réouverture des boutiques de lingeries indépendantes
Contenu du courrier adressé à Jean Castex pour demander la réouverture des boutiques de lingeries indépendantes - Marie Lise Polo

Ces commerçantes ont donc décidé d'agir et ont lancé l'action culottée : toutes celles qui le souhaitent envoient une culotte, un string, un boxer, ou un slip au Premier ministre. Objectif : obtenir du gouvernement qu'il reclasse les sous-vêtements en produit "essentiel" afin que les boutiques concernées puissent rouvrir au titre de commerce essentiel. " Allez dire à une mère qui vient d'accoucher que son soutien-gorge d'allaitement n'est pas essentiel ! Le gouvernement considère peut-être la lingerie comme une frivolité pourtant la première chose qu'on enfile en sortant de notre douche, le matin c'est une culotte ! Même un ministre ! " Avance Marie-Lise. 

Les sous-vêtements comme objets essentiels

Et elle n'est pas la seule dans les Landes à avoir expédié une petite dentelle au Premier ministre. A Aire-sur-l'Adour, Nathalie Guichon de la boutique Intim Idée a elle aussi expédié un colis. " Je ne comprends pas qu'on doivent passer par le clic and collect quand les librairies sont ouvertes. Les sous-vêtements, absolument tout le monde en porte et tous les jours." 

A Aire-sur-l'Adour, Nathalie gérante de Intim Idée a aussi envoyé un colis à Matignon
A Aire-sur-l'Adour, Nathalie gérante de Intim Idée a aussi envoyé un colis à Matignon - Nathalie Guichon

Chaque culotte envoyée est accompagnée par la même lettre signée par le collectif  des Détaillantes de Lingeries et Bains et qui récence leurs réclamations quant à leur réouverture, mais également concernant les frais fixes et les salaires ou encore la gestion de leur stock et le choix des dates de soldes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess