Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des cadavres de lapins à Metz pour dénoncer les conditions d’élevage

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Ce mercredi, deux associations de défense des animaux, L214 et Veglorraine, ont fait une action choc place de la République à Metz, pour interpeller sur l’élevage industriel des animaux.

Des militants de l'association L214 font un happening à Metz, place de la République, le 23 octobre 2013
Des militants de l'association L214 font un happening à Metz, place de la République, le 23 octobre 2013 © Radio France - Marie-Gaëtane Comte

« Parce que les animaux sont des êtres sensibles, ouvrons les yeux sur l'élevage, la pêche et les abattoirs  ». La banderole déployée place de la République se voulait percutante. Encore plus choquant : le happening réalisé par une cinquantaine de militants ce mercredi à Metz.

 Une feuille A4 pour vivre

 Des lapins morts dans les bras, ils sont restés stoïques, silencieux, pendant une demie heure , sous le regard interloqué des passants. « En France, 99,9% des élevages sont concentrationnaires  », explique Bérénice Riaux, membre de l'association organisatrice L214. « Les animaux sont enfermés dans des bâtiments clos, sous une lumière artificielle. Un lapin a à peu près une feuille A4 pour vivre !  »

 

Lapins morts son

Le but de cette manifestation : pousser les Mosellans à s’interroger sur leur manière de consommer , à être plus attentifs aux produits qu’ils achètent. C’est le combat de Nathalie Greulet, la présidente de Veglorraine : « On essaye de montrer les alternatives possibles à l’exploitation animale, que ce soit  pour la viande ou le fait de porter de la peau.  »

 Selon ces associations, 40 millions de lapins sont tués chaque année dans les abattoirs français . La prochaine et dernière mobilisation des militants est prévue à Lille dans les prochaines semaines.