Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Des caméras dans nos églises ? "Pourquoi pas", répond l'archevêque de Rouen

dimanche 17 mars 2019 à 4:42 Par Simon De Faucompret, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Ce n'est pas nouveau, mais le phénomène fait beaucoup parler dernièrement : partout en France, et notamment dans l'Eure et en Seine-Maritime, des églises subissent vols, dégradations et profanations. Pour Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, les caméras de vidéo-surveillance sont une solution.

Plus d'un an après les vols, certains murs de l'église Saint-Jacques de Dieppe sont encore tristement vides.
Plus d'un an après les vols, certains murs de l'église Saint-Jacques de Dieppe sont encore tristement vides. © Radio France - Simon de Faucompret

Dieppe, France

"Venez voir cette chapelle, elle était magnifique." Dans l'église Saint-Jacques de Dieppe (Seine-Maritime), le père Geoffroy de la Tousche nous fait une petite visite. Sauf que dans certaines alcôves de cet édifice de 82 mètres de long, à la place des tableaux, on trouve une toile vide et un cadre triste, poussiéreux. En novembre 2017, huit de ces œuvres religieuses ont été volées après l'entrée par effraction dans l'église

"Désolation absolue"

"C'est une verrue immonde, ça enlaidit notre lieu de culte", souffle le curé, qui peine à s'en remettre plus d'un an après. "On aime que notre prière soit belle ! Et là, _des dizaines de gens viennent prier devant un mur vide_. C'est laid." Preuve du traumatisme selon lui : "Dès que je dis que j'officie à Dieppe, on me demande où sont passés nos tableaux."

La vidéo-surveillance, une solution ?

Depuis le vol, pas une semaine ne passe sans qu'on parle sécurité ici. Et la solution des caméras a évidemment été évoquée dans les débats. "Je n'y suis pas opposé", admet le père de la Tousche. "La difficulté, c'est la protection des personnes. On a le droit de venir prier sans forcément être filmé."

Même conviction du côté de Monseigneur Dominique Lebrun, archevêque de Rouen. "Pourquoi pas", lance-t-il. 

Monseigneur Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, était l'invité de France Bleu Normandie ce jeudi 21 février. Il est assez favorable aux caméras dans les églises. - Maxppp
Monseigneur Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, était l'invité de France Bleu Normandie ce jeudi 21 février. Il est assez favorable aux caméras dans les églises. © Maxppp - Jérémy Lemoin

"Une église, ce n'est pas un commerce"

Mais, il doit bien l'admettre, "il y a quelques résistances qui m'interrogent du côté de certains prêtres." À nouveau, c'est une question de vie privée. "Une église, ce n'est pas un commerce, ça touche à l'intime."

Sécurité et respect du patrimoine avant tout

En revanche, du côté des croyants et des croyantes qui sont en train de visiter l'église dieppoise, le débat n'a pas vraiment lieu d'être. "Je n'ai rien à me reprocher, moi", s'amuse Dominique. "C'est tout à fait normal de protéger notre patrimoine ! Des caméras, il y en a partout de toute façon." Même certitude pour la jeune Aimie, 14 ans. Elle visite souvent des églises, et n'aime pas les voir profanées. "Je veux absolument qu'on garde tout ça, la beauté de ces monuments. Et les caméras, ça peut éviter les dégradations et les vols."

Et concrètement ? "On en discute très souvent", confirme l'archevêque Dominique Lebrun. Pas facile : les débats impliquent les prêtres, les paroissiens, mais aussi les municipalités (dont certaines sont propriétaires des édifices) et les forces de l'ordre.

Par ailleurs, un fonds de dotation de l'état est prévu pour protéger les lieux de culte. Il pourrait couvrir jusqu'à 80% des frais.