Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des campements de migrants évacués ce jeudi matin au nord-est de Paris et en Seine-Saint-Denis

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Paris, France Bleu

Plus d'un millier de migrants sont évacués ce jeudi matin au nord-est de Paris et en Seine-Saint-Denis. Les forces de l'ordre procèdent, depuis 6h du matin, au démantèlement de camps installés porte de la Chapelle et avenue du président Wilson.

Des camps de migrants ont été évacués au nord de Paris ce jeudi matin
Des camps de migrants ont été évacués au nord de Paris ce jeudi matin © Radio France - Hajéra Mohammad

Paris, France

D'après les associations et les autorités, ce sont entre 1.500 et 3.000 migrants qui vivent sous des tentes, dans des conditions déplorables, aux abords du périphérique parisien. Mercredi, Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, a pris "l'engagement d'évacuer d'ici la fin de l'année les campements du nord-est parisien". Et les opérations ont débuté dès ce jeudi matin. 

600 policiers mobilisés

A 6h du matin, des évacuations ont commencé porte de la Chapelle, dans le 18e arrondissement de Paris, et avenue du Président Wilson, à Saint-Denis. Près de 1.500 migrants y sont entassés. 

Evacuation de camps de migrants au nord de paris - Radio France
Evacuation de camps de migrants au nord de paris © Radio France - Hajéra Mohammad

Les maires des deux villes réclamaient depuis longtemps leur mise à l'abri.

Six cents policiers sont sur place pour accompagner les migrants vers des bus. Les cars doivent les emmener vers des gymnases ou des centres d'accueil de toute l’Île-de-France.

Il n'est pas possible de laisser des gens dans ces conditions-là. - Didier Lallement, préfet de police de Paris

Le préfet de police et le préfet de la région Ile-de-France ont tenu une conférence de presse ce jeudi matin. "Non seulement, nous mettons les gens à l'abri mais nous ne tolérerons pas de réinstallation", a souligné Didier Lallement. Il y aura en effet désormais une présence policière permanente pour éviter le retour de ces campements sauvages.

Les camps se reformeront estime Philippe Caro 

Philippe Caro, conseiller municipal de Saint-Denis et membre du collectif Solidarité migrants Wilson était sur place. Il a répondu en direct ce jeudi matin aux questions de France Bleu Paris. 

Il ne croit pas, contrairement à ce qu'a affirmé le préfet, que la présence policière va empêcher la reformation de campements de migrants. Il rappelle qu'il y a déjà eu de nombreuses évacuations et que la préfecture avait déjà tenu ce discours mais que les migrants se sont à nouveau installés dans les rues. 

"Il va y avoir une chasse de réfugiés par la police avec destructions de tentes, destructions des couvertures, toute une série de harcèlements pour empêcher les réfugiés de se réinstaller mais ils seront à nouveau là. D’abord tous ne sont pas montés dans les bus aujourd’hui, donc il y a déjà des gens qui sont dans les rues qui vont chercher à se réfugier quelque part".

La maire de Paris, Anne Hidalgo, était sur place

Anne Hidalgo, la maire de Paris, était également sur place. "Nous avons obtenu des garanties des deux préfets pour que les personnes soient acheminées vers des hébergements, a-t-elle déclaré. Une de nos conditions, c'était que ça ne peut pas être une évacuation pure et simple où une partie des gens ici auraient été dirigés vers des centres de rétention. Nous n'aurions pas été présents dans ce cas-là".

La rue n'est pas un lieu pour vivre. C'est un lieu de danger et d'indignité. - Anne Hidalgo

L'autoroute A1 fermée

Évitez le secteur ce jeudi matin, de nombreuses routes sont barrées à la circulation. L'autoroute A1 d'ailleurs est fermée entre Paris et Saint-Denis, mais seulement dans un sens, vers Lille. L'accès au périphérique intérieur est également fermé au niveau de la porte de la Chapelle.

Une seconde évacuation pourrait intervenir dans les prochains jours du côté de la porte d'Aubervilliers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu