Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Des centaines de milliers d'euros de dégâts après la manifestation des gilets jaunes sur les Champs-Élysées

lundi 26 novembre 2018 à 9:51 - Mis à jour le lundi 26 novembre 2018 à 12:34 Par Tommy Cattaneo, France Bleu Paris et France Bleu

Les agents de Ville de Paris n'ont pas chômé ce week-end pour effacer les traces des débordements après la manifestation des gilets jaunes sur les Champs-Élysées à Paris. Mais les commerçants sont inquiets, car certains de nouveau à se rassembler sur l'avenue ce samedi.

Environ 200 agents de la Ville de Paris ont été mobilisés ce week-end pour effacer les traces de débordements.
Environ 200 agents de la Ville de Paris ont été mobilisés ce week-end pour effacer les traces de débordements. © Radio France - Tommy Cattaneo

Sur les Champs-Élysées ce lundi matin, tout est presque redevenu normal. Difficile de croire qu'il y a 48 heures, des barricades avaient été dressées et plusieurs feux allumés sur la plus belle avenue du monde. La manifestation des gilets jaunes de samedi a été marquée par les débordements. Les feux de signalisations ont été renversés et les pavés descellés pour être jetés sur les CRS. Pour le moment, pas de chiffrage précis du coût de ces dégâts, mais ils devraient s'élever à plusieurs centaines de milliers d'euros selon la mairie de Paris.

On ne peut pas accepter de tels débordements, c'est insupportable" - Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris.

"Il faut bien comprendre que nous avons dû mobiliser en urgence 200 agents dès samedi soir pour commencer à nettoyer les Champs et les rues adjacentes", explique Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris. "Il a aussi fallu dégager les poubelles, les feux tricolores couchés sur la chaussée, etc.. Et à cela s'ajoute la facture privée pour les commerçants qui ont subi des dégradations. Il faut bien que les gilets jaunes comprennent que ce sont aussi leurs biens à eux qui ont été dégradés. On ne peut pas accepter de tels débordements, c'est insupportable."

Les gilets jaunes veulent une nouvelle manifestation sur les Champs samedi

Du côté des commerçants des Champs, la perspective d'une nouvelle manifestation sur l'avenue samedi inquiète. Certains gilets jaunes ont créé un nouvel événement sur Facebook ce week-end : "Acte 3 Macron démissionne !". Ils appellent de nouveau à se rassembler sur les Champs-Élysées ce samedi après-midi

"Quelques semaines avant Noël, ce n'est pas bon pour les affaires", glissent les commerçants de l'avenue. Ils ont presque tous dû fermer à la mi-journée samedi, et c'est une perte sèche de chiffre d'affaires. "Nous avons ouvert mi-novembre", confie Emilie, la gérante de trois boutiques dans la Galerie 26, en bas des Champs-Élysées. "Le 17 nous n'avons presque pas fait de chiffre, ce samedi nous n'avons pas ouvert, donc c'est inquiétant quand on entend qu'il pourrait y avoir un troisième samedi. Ce sont nos plus grosses journées, surtout en cette période."

Plusieurs vitrines ont été taguées lors de la manifestation de samedi. - Radio France
Plusieurs vitrines ont été taguées lors de la manifestation de samedi. © Radio France - Tommy Cattaneo.

"Moi ce que j'espère, c'est que si ça recommence, les CRS protégeront nos biens", lâche une autre commerçante. "Parce que samedi, ils n'étaient clairement pas assez nombreux." La mairie de Paris ne veut pas non plus d'une nouvelle manifestation samedi, qui n'a de toute façon presque aucune chance d'être autorisée par la Préfecture de police de Paris.