Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des centaines de personnes rassemblées sur la place de la République pour dénoncer les violences faites aux femmes

dimanche 29 octobre 2017 à 20:56 Par France Bleu Paris, France Bleu Paris

Trois semaines après le début de l'affaire Weinstein, des centaines de femmes et d'hommes ont manifesté ce dimanche à Paris pour dénoncer le harcèlement, les agressions et les viols subis par les femmes. Avec comme objectif "que la honte change de camp".

Après les #balancetonporc et #metoo sur Twitter, des centaines de femmes sont venues raconter les violences qu'elles ont subies. C'était ce dimanche, place de la République à Paris.
Après les #balancetonporc et #metoo sur Twitter, des centaines de femmes sont venues raconter les violences qu'elles ont subies. C'était ce dimanche, place de la République à Paris. © Radio France - Claire-Lise Macé

Paris, France

Pancartes, banderoles et post-it. Ce dimanche, place de la République à Paris, la parole est données aux victimes de violences. Partout on peut lire des phrases comme : "J'avais 13 ans, c'était mon orthodontiste...", "c'était il y a trois ans, c'était l'homme que j'aimais...", ou encore "j'avais neuf ans, ça a détruit ma vie". Des centaines de femmes racontent leur histoire. "Mon père a abusé de moi quand j'avais 16 ans, raconte Micheline, je n'ai pu en parler à personne."

Les suites de l'affaire Weinstein

Ce rassemblement a lieu seulement trois semaines après le début de l'affaire Weinstein et après la déferlante de témoignages sur les réseaux sociaux avec les hashtags #balancetonporc et #metoo pour raconter les violences, les agressions et les viols subis par des femmes anonymes.

Un collectif s'est finalement formé pour donner une vie réelle à ce mouvement. Le collectif #metoo dans la vraie vie a organisé l'action de ce dimanche, avec toujours ce même objectif : "libérer la parole".

Ne plus avoir honte

Sur la place de la République, Claire en est persuadée : "il faut dire ce qu'on a vécu, ce qui nous est arrivé. On n'a pas a avoir honte. Nous ne sommes pas les méchantes dans l'histoire."

Insultes de rue, harcèlement, attouchements, viol... 100% des femmes ont déjà vécu des violences. A différents degrés, peut-être, mais tout part de la même base, il faut que cela cesse", estime Nina, une manifestante.

Pas beaucoup d'espoir

Mais parmi les personnes présentes à ce rassemblement, peu sont celles qui croient à une amélioration rapide de la situation pour les femmes. "Les lois ne sont pas à la hauteur, estime Roselyne, et avant de changer les lois, il faudrait commencer par changer l'éducation des jeunes sur ces questions".

Béatrice n'est pas beaucoup plus optimiste, "c'est bien que le mouvement sorte des réseaux sociaux, mais maintenant, il faut que le mouvement se poursuivre et ne pas le laisser s'éteindre".

Elle assure en tout cas qu'elle sera présente lors du prochain rassemblement prévu le 25 novembre pour la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes.