Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Harcèlement scolaire : témoignages de collégiens à Nantes

jeudi 9 novembre 2017 à 3:55 Par Marion Aquilina, France Bleu Loire Océan

Pour la deuxième année consécutive, ce 9 novembre est la journée contre le harcèlement scolaire. D'après le gouvernement, 1 élève sur 10 est concerné. En Loire-Atlantique, certains établissements ont décidé de réagir pour protéger les enfants.

Antoine est l'un des élèves du collège Chantenay à Nantes, il a déjà été victime de harcèlement
Antoine est l'un des élèves du collège Chantenay à Nantes, il a déjà été victime de harcèlement © Radio France - Marion Aquilina

Loire-Atlantique, France

"T'es grosse", "T'es moche" ou encore "Regarde tes cheveux". Voici ce qu'entendent tous les jours Lise et Marie deux élèves du collège Chantenay à Nantes. Les interventions sont prévues dans l'établissement nantais dans le cadre de la journée contre le harcèlement scolaire. Cette journée a été décrétée pour la première fois il y a deux ans.

10% des enfants sont touchés par le harcèlement scolaire

À la sortie du collège Chantenay à Nantes, les enfants racontent ce qu'ils entendent et ce qu'ils ont vu. Antoine est en classe de 4e. Il raconte qu'il y a deux ans il a été harcelé dans le tram par un camarade classe : "Il m'a tapé la joue et il m'a suivi dans le tram. Je suis descendu parce que je n'avais pas envie de me battre. Il est descendu aussi alors j'ai couru jusqu'à chez moi, c'était horrible."

Son skateboard à la main, Antoine est encore ému quand il en parle : "Quand je suis arrivé chez moi, il y avait ma sœur. Je me suis effondré en larmes." La sœur aînée a prévenu la mère qui est ensuite allée au collège pour régler l'histoire. Le jeune garçon qui aurait agressé Antoine aurait été exclu une semaine. Pour éviter ce genre de situations, le collège Chantenay a mis en place "les sentinelles".

L'établissement Chantenay à Nantes compte 48 sentinelles enfants et 14 référents adultes (Extrait de la charte) - Aucun(e)
L'établissement Chantenay à Nantes compte 48 sentinelles enfants et 14 référents adultes (Extrait de la charte) - Collège Chantenay

Les 48 élèves sentinelles et les 14 référents adultes du collège Chantenay ont été formés pour gérer les situations de harcèlement. Le principal adjoint Max Tchung-Ming estime qu'il y en a besoin car il y a en moyenne un bouc émissaire dans chaque classe : "Les sentinelles détectent les élèves en souffrance en classe, dans la cour, sur les réseaux sociaux ou devant le collège."

Un dispositif qui existe depuis 2015 et qui libère la parole selon le principal adjoint : "Les sentinelles peuvent dire aux élèves harcelés qu'ils ne sont pas seuls et qu'ils doivent en parler à des adultes." Par ailleurs, en ayant travaillé avec le psychologue de l'établissement, Max Tchung-Ming ajoute qu'il faut casser le cercle vicieux du harcèlement et donc régler le problème avec "le harcelé, le harceleur et les spectateurs à qui on pourrait reprocher une non-assistance à personne en danger".

L'année dernière, un collégien nantais victime de harcèlement avait tenté de mettre fin à ses jours en avalant des médicaments. Selon le principal adjoint, François Soulard, l'établissement dans lequel était scolarisé l'adolescent a ensuite décidé d'organiser des réunions sur le harcèlement, deux fois par mois. Par ailleurs, les professeurs font également des cours sur le thème en projetant régulièrement des vidéos de prévention.