Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des conditions d'accueil "indignes" des mineurs étrangers en Moselle selon le défenseur des droits

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Dans un rapport publié en septembre, le défenseur des droits Jacques Toubon relève des conditions d'accueil indignes des mineurs étrangers non accompagnés en Moselle et évoque une maltraitance institutionnelle face à des sureffectifs constants et un manque d'encadrement.

Des jeunes étrangers non accompagnés dorment régulièrement par terre sur des matelas au centre départemental de l'enfance
Des jeunes étrangers non accompagnés dorment régulièrement par terre sur des matelas au centre départemental de l'enfance

Le département de la Moselle pointé du doigt par le défenseur des droits au sujet des mineurs étrangers non accompagnés. Dans un rapport publié le 17 septembre dernier, Jacques Toubon relève des conditions indignes de prises en charge de ces jeunes migrants de moins de 18 ans dans certaines structures d'accueil du département, après une mission sur place du délégué départemental de février à avril 2018. Il avait été saisi par un collectif associatif. 

Accueil indigne et maltraitance institutionnelle

Les chiffres déjà sont parlants : près de 450 mineurs étrangers accueillis en Moselle pour seulement 168 places. Le défenseur des droits qualifie d'"indigne" la prise en charge de ces jeunes dans une partie des structures d'accueil de la Moselle, et parle même de "maltraitance institutionnelle", même s'il reconnait que le département respecte son engagement de tous les héberger, sans les laisser à la rue (la règle de l'accueil inconditionnel). 

Sureffectifs constants et encadrement nettement insuffisant

Il constate des problèmes dans deux pavillons du centre départemental de l'enfance à Metz, "des bâtiments dégradés", dit-il, qui peuvent accueillir jusqu'à 140 mineurs. Des jeunes y dorment régulièrement par terre sur des matelas. L'agencement des douches et toilettes ne garantit pas l'intimité, et il n'y a pas de casiers fermés à clé pour ranger ses affaires. Le défenseur des droits dénonce "des sureffectifs constants" et "un encadrement nettement insuffisant". Tout cela conduit, note-t-il, à des frustrations et des comportements agressifs des jeunes migrants. Certains fuguent aussi pour échapper à ce quotidien

Un rapport qui ne mâche pas ses mots

Le nombre de mineurs étrangers non accompagnés a fortement augmenté ces dernières années. Leur prise en charge est entièrement financée par les départements. Le budget que leur consacre le conseil départemental de la Moselle est de 12 millions d'euros par an. L'Etat donne une petite compensation financière de deux millions d'euros. Eric Graff, militant associatif qui a fondé un collectif de défense de ces jeunes mineurs étrangers, salue "un rapport qui ne mâche pas ses mots".  Pas de commentaire pour l'instant du Conseil départemental. 

Eric Graff, du collectif de défense de jeunes migrants en Moselle, salue ce rapport

Choix de la station

À venir dansDanssecondess