Société

Des détenus de la maison d'arrêt se chargent du nettoyage des cimetières à Reims

Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu samedi 15 octobre 2016 à 6:20 Mis à jour le samedi 15 octobre 2016 à 13:33

Les détenus ont nettoyé les allées du cimetière du sud à Reims.
Les détenus ont nettoyé les allées du cimetière du sud à Reims. © Radio France - Sophie Constanzer

A l'approche de la Toussaint, cinq détenus de la maison d'arrêt de Reims ont reçu une permission de sortie pendant deux jours pour nettoyer les cimetières de la ville. Une bouffée d'air pour eux, et une façon de rendre un service à la société. Rencontre au cimetière du sud à Reims.

Deux jours pour nettoyer les columbariums du cimetière de la Neuvillette et désherber les allées du cimetière du sud à Reims, c'est la mission qui a été confiée à des détenus de la maison d'arrêt de Reims. A l'approche de la Toussaint, 5 détenus se sont ainsi portés volontaires, et ils ont pris pelle et binette. "C'est un acte citoyen, pour moi ça me tient à coeur et puis ça me permet de sortir aussi, prendre l'air...", avoue Dominique au milieu des pierres tombales. Un peu plus loin, un autre détenu, Maxime, se réjouit aussi: "je pense que les gens vont être contents d'arriver à la Toussaint, de voir que c'est propre, que c'est nettoyé que c'est entretenu".

On nous donne notre chance de montrer qu'on sait travailler -- Maxime, un des 5 détenus

Cette permission de sortie pendant deux jours pour nettoyer les cimetières de Reims se base évidemment sur la confiance, car ici pas de barreaux, les détenus sont... libres. Maxime est d'ailleurs bien conscient de sa chance "On nous donne notre chance de montrer qu'on sait travailler, qu'on sait faire quelque chose de nos mains", explique le jeune détenu. Un surveillant de la maison d'arrêt de Reims est là tout de même pour encadrer les cinq détenus pendant la mission. "C'est une mission particulière et différente de ce que je peux faire au quotidien à la maison d'arrêt", avoue Eric qui poursuit : "ils sont plus à l'écoute, ils sont je pense satisfaits de la convivialité qu'il peut y avoir...".

Pour le chef d'établissement de la maison d'arrêt de Reims, cette opération de nettoyage -en partenariat avec la ville de Reims- permet aussi de balayer des idées reçues sur la prison : "la prison c'est le Club Med, la prison c'est pas assez dur". "La prison doit mériter de retrouver sa place dans la société", souligne Joël Bigayon.

Rencontre avec les détenus : "ça fait respirer un peu".

Partager sur :