Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des dizaines de Messins nettoient les rues à l'occasion du "World Clean-up Day"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

L'initiative est internationale, mais Metz a tenu à participer. Ce dimanche, à l'occasion du "World Clean-up Day", ils ont été des dizaines à participer à un grand ramassage collectif de déchets. Une manière de sauvegarder un peu de propreté, notamment dans le centre-ville.

Dans le viseur des nettoyeurs, les masques, et surtout les mégots !
Dans le viseur des nettoyeurs, les masques, et surtout les mégots ! © Radio France - Arthur Blanc

Il y a du travail pour nettoyer les rues de Metz ! Les dizaines de Messins qui ont souhaité participé à ce "World Clean-up Day" local ce dimanche n'étaient pas de trop. Armés de 3 sacs poubelle chacun et d'une pince, ils sont partis à l'assaut des déchets du centre-ville, de Queuleu et du Sablon. Des agents propreté de la ville étaient sur place pour accompagner les personnes venues se prêter à l'exercice.

Certains étaient venus en groupe, comme cette association d'entreprise d'Ennery.
Certains étaient venus en groupe, comme cette association d'entreprise d'Ennery. © Radio France - Arthur Blanc

Que l'on vienne seul, entre amis ou en familles, tous ont un grand ennemi dans le viseur : le mégot de cigarette. Tous les 2 mètres, les participants doivent se baisser pour en ramasser. Pour preuve, Yassine, du haut de ses 8 ans, prend sa pince pour un "détecteur à mégots". Son père, Mustafa, est heureux de voir son fils mettre du cœur à l'ouvrage. Mais il ne s'enflamme pas. "Malheureusement, ces cigarettes vont revenir très vite."

Parfois, il y a même des paquets de cigarettes sur le sol.
Parfois, il y a même des paquets de cigarettes sur le sol. © Radio France - Arthur Blanc

Et ces mégots, l'un d'eux est heureux de les ramasser. Simon Hatuna, de l'entreprise "Shime" qui a pour but de recycler les mégots, va tous les récupérer. Une fois collectés, il va les transformer... en mobilier urbain. "Nous fabriquons des palettes qui permettent de les fabriquer", explique-t-il, un tabouret debout destiné aux villes à côté de lui. Problème : il faut 11 000 mégots pour en fabriquer un seul. Mais en fait, ce n'est pas ça qui l'arrête. "Avec une opération comme celle-ci, on va pouvoir en faire plusieurs tant on va en ramasser.

Le masque, nouveau venu

Mais au-delà du mégot, cette année est marquée par l'arrivée d'un tout nouveau déchet : le masque. "C'est un nouveau fléau", confie Julien Vick, adjoint à la mairie chargé de la transition écologique. "Dès qu'ils sont apparus et devenus obligatoires, on savait qu'on allait en retrouver par terre. Mais il faut passer par la pédagogie et la sensibilisation", regrette-t-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess