Société

Des donateurs vont sauver la Calypso du Commandant Cousteau

Par Annaïg Haute, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu La Rochelle et France Bleu jeudi 7 janvier 2016 à 16:21

La Calypso pourrie dans les hangars de Concarneau depuis 2007.
La Calypso pourrie dans les hangars de Concarneau depuis 2007. © Radio France - Tudi Crequer

Vingt ans exactement après son accident à Singapour, elle avait coulé dans le port, le mythique navire océanographique stocké depuis 2007 aux chantiers Piriou de Concarneau devrait enfin être sauvée.

« Une toute nouvelle vie s’ouvre pour Calypso », se réjouit la Fondation Cousteau sur son site internet. Elle précise : « l’Equipe Cousteau a réussi à mettre autour d’une même table des mécènes internationaux généreux et très motivés, aux objectifs compatibles avec ceux de l’Equipe Cousteau. »

Départ de Concarneau dans les trois mois

Une échéance est même fixée, le bateau devrait quitter les hangars des chantiers Piriou dans les trois mois.

La fin d’un feuilleton aux multiples rebondissements, car le chantier concarnois a stoppé tous les travaux faute de paiement et des poursuites judiciaires ont été engagées. « Je suis particulièrement heureuse d’annoncer cette grande nouvelle, déclare Francine Cousteau, la veuve du Commandant au bonnet rouge dans un communiqué, à l’issue de 20 années de combat contre l’adversité et les coups du sort. »

Suite à un ultimatum fixé par les chantiers Piriou, plusieurs hypothèses avaient été envisagées. Un transfert vers le chantier du Guip, à Brest, avait été évoqué et même le Prince Albert de Monaco avait fait savoir son intérêt pour le navire océanographique. La Calypso risquait même d'être vendue aux enchères.

"Elle sera navigante et propulsée par ses propres moteurs" Francine Cousteau

Une solution semble donc avoir été trouvée, le navire océanographique devrait être remis à neuf et doté de deux moteurs, ce qui fait dire à Francine Cousteau : « Lorsque Calypso reviendra en Méditerranée, elle sera navigante et propulsée par ses propres moteurs, comme le souhaitait le Commandant. »

Radio France
© Radio France - Tudi Crequer