Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des élèves du collège des Capucins à Châteauroux commémorent le 11 novembre

jeudi 10 novembre 2016 à 18:00 Par Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry

Les élèves de troisième du collège des Capucins à Châteauroux ont travaillé pendant plusieurs semaines sur le journal d'un Poilu berrichon. Ce lundi, ils liront des extraits de ces textes à leurs camarades.

Chloé, Hélène, Jade et Niels ont travaillé plusieurs mois sur le journal d'un Poilus
Chloé, Hélène, Jade et Niels ont travaillé plusieurs mois sur le journal d'un Poilus © Radio France - Gaëlle Fontenit

Il y a 98 ans, à 11 heures, la Première Guerre mondiale prenait fin. Les soldats sortaient, hébétés, des tranchées. L'armistice était signé. Quatre ans de combat qui ont fait plus de 9 millions de morts et 8 millions d'invalides.

Dans l'Indre, sur les 40.000 soldats mobilisés, 12.000 ne reviendront pas.

Parmi eux, Ollivier. Il était instituteur au Blanc. Mobilisé en 1914, il a tenu un journal pendant plusieurs mois, avant de tomber au front, le 16 juin 1915. Il n'avait que 23 ans.

Quatre élèves d'une classe de troisième au lycée des Capucins à Châteauroux ont entrepris un travail sur ce texte. "Nous allons en lire des extraits lundi devant l'ensemble de l'école" explique Chloé. Une façon de faire son devoir de mémoire.

"Je ne me rendais pas compte que ça avait été si horrible que cela, reconnait Jade. Il n'a pas eu de vie... c'est terrible. Ce n'est pas facile de s'imaginer que des gens puissent mourir aussi jeunes dans de telles circonstances".

Reportage Gaëlle Fontenit