Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Des éleveurs claquent la porte d'une réunion sur l'ours en Ariège

Une réunion s'est tenue ce jeudi en préfecture à Foix au sujet de l'ours en Ariège. Selon un rapport de l'OFB, aucun ours au comportement anormal n'a été identifié dans le secteur. Rapport qui minimise la situation selon les représentants des éleveurs qui dénoncent l'immobilisme de l'Etat.

Au centre (veste beige) Philippe Lacube, à sa gauche le maire d'Ustou Alain Servat
Au centre (veste beige) Philippe Lacube, à sa gauche le maire d'Ustou Alain Servat © Radio France - JMM

On est loin d'une situation apaisée sur le dossier de l'ours dans les Pyrénées en Ariège. Une semaine après l'attaque d'un troupeau de brebis au col d'Escots à Ustou - où la bergère s'est sentie en danger - la Préfète de l'Ariège a dévoilé ce jeudi matin le rapport très attendu des agents de l'OFB (Office français de la biodiversité) diligenté après le déclenchement du protocole "ours à problème" visant à protéger les troupeaux. L'expertise, à ce stade, ne permet pas d'identifier des ours présentant un comportement "d'ours à problème" assurent les experts.

Pas d'ours au comportement anormal

"Les ours observés sur cette estive - qui sont au nombre de quatre - n'ont pas de comportement déviant et notamment de comportement agressif pour les humains", explique Chantal Mauchet la Préfète de l'Ariège qui poursuit : "L'intervention des effaroucheurs a été efficace puisque depuis une semaine selon l'OFB il n'y a pas eu d'ours observé autour du troupeau". En d'autres termes, la préfecture conclue donc que les mesures d'effarouchement renforcé suffisent - à ce stade - à faire reculer l'ours des troupeaux en estive. 

La Préfète de l'Ariège rappelle que le protocole "ours à problème" reste actif et attend des observations complémentaires des agents de l'OFB. Les effaroucheurs, présents chaque soir dans cette estive du col d'Escots à Ustou, rédigent un rapport journalier sur la présence et le comportement des ours. Les autres mesures du protocole (capture puis élimination des ours dangereux pour l'homme) sont "des stades ultérieurs", a rappelé Chantal Mauchet.

Les représentants des éleveurs abasourdis

Le président de la chambre d'agriculture de l'Ariège et le maire d'Ustou (également président de la Fédération pastorale de l'Ariège) ont claqué la porte de la réunion ce jeudi matin. Pour eux, le rapport de l'OFB minimise complètement la situation et ne prend pas en compte la détresse des bergers dans les estives.

" Le ministère de l'Ecologie ne veut pas entendre parler de mesures de rétorsion pour les ours et donc il donne l'ordre de minimiser ce qu'il s'est passé." — Philippe Lacube

Philippe Lacube, président de la chambre d'agriculture de l'Ariège dénonce un changement de discours de l'Etat: "La semaine dernière elle [la Préfète] avait reconnu une situation inédite et vraiment très dure et difficile [...] Aujourd'hui on a un rapport de l'OFB sur cette même situation qui édulcore, qui minimise complètement ce qui s'est passé cette nuit-là disant tout va bien". 

" Il y a des lobbys certainement qui font qu'il y a des barrières qui se mettent en place". — Alain Servat

Alain Servat a lui aussi claqué la porte de la réunion en préfecture. Le maire d'Ustou et président de la Fédération pastorale de l'Ariège ne comprend pas le rapport de l'OFB : "On vient de vivre une situation inédite - ce sont les mots de la Préfète - il y a dix jours sur l'estive du col d'Escots et aujourd'hui le rapport dit que comme tout va bien on va rien faire de plus, je peux pas entendre ça donc on a quitté la réunion [...] dire que tout va bien avec ce qui vient de se passer sur l'estive c'est lourd de conséquences".

Le maire d'Ustou, qui a interdit les randonnées dans ce secteur, dénonce une situation grave : "C'est grave parce qu'ils ne prennent pas la mesure du problème et je pense qu'il va y avoir un réel problème un jour avec des personnes- des randonneurs d'ailleurs - ce qui a été dit ce matin est grave".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess