Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des élus craignent la "fuite" de policiers municipaux de la Seine-Saint-Denis vers Paris

-
Par , France Bleu Paris

L'Assemblée nationale a donné un premier feu vert, jeudi, à la création d'une police municipale à Paris. Si la nouvelle réjouit Anne Hidalgo, des élus de la Seine-Saint-Denis alertent sur le risque de voir des policiers municipaux quitter la banlieue pour aller travailler dans la capitale.

Le 16/07/2019, la maire de Paris rencontre les nouveaux agents affectés à la future police municipale au siège de la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection
Le 16/07/2019, la maire de Paris rencontre les nouveaux agents affectés à la future police municipale au siège de la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection © Maxppp - Maxppp

Jeudi 19 novembre, l'Assemblée nationale a donné un premier feu vert à la création d'une police municipale à Paris, lors de l'examen de la proposition de loi sur la "sécurité globale". Un premier pas qui satisfait Anne Hidalgo, la maire socialiste de la capitale, qui réclamait cette police depuis 2018, mais la nouvelle inquiète aussi certains élus de la banlieue parisienne.

Pénurie de policiers municipaux dans le 93

Pour Jean-Christophe Lagarde, député UDI de la Seine-Saint-Denis, la nouvelle police municipale de Paris risque d'attirer des agents en poste actuellement dans le 93 alors que les maires de ce département ont de grandes difficultés pour les recruter "À Drancy, la ville dont j'ai été le maire, il y a 44 postes ouverts, aujourd'hui, et seulement 21 policiers en poste", explique-t-il. "Vous imaginez, s'il y a une concurrence déloyale qui s'installe avec Paris qui a un meilleur statut, qui peut payer plus cher les policiers et qui commencent à ouvrir des centaines de postes ? Ça veut dire qu'on fermera des polices municipales dans un certain nombre de villes ?".

Comment retenir ces policiers ?

L'élu réclame donc une égalité de salaires et de primes entre les agents de Paris et la banlieue. Il demande aussi un rééquilibrage au niveau des policiers nationaux "quatre fois plus nombreux à Paris qu'en banlieue". "Quand ils [les Parisiens] n'avaient pas de police municipale, ça pouvait encore s'entendre, mais maintenant qu'ils vont en avoir une, il faut que des policiers nationaux qui sont en surnombre à Paris puissent venir assurer la sécurité en banlieue". 

Stéphane Peu, le député communiste, a une autre solution pour éviter cette éventuelle fuite des agents du 93 : "Je pense qu'il faut introduire, comme on le fait dans d'autres métiers de la fonction publique, une obligation de cinq ans de service dans la collectivité qui les a recrutés et qui a financé leur formation".

"Les policiers municipaux franciliens pas attirés par Paris" selon un syndicat

Pas besoin d'en arriver là, assure Cédric Michel, le président national du Syndicat de défense des policiers municipaux (SDPM). Selon lui, la plupart des collègues franciliens ne rêvent pas d'aller travailler à Paris."Ils ne sont absolument pas chaud pour aller se confronter à l'insécurité, à la délinquance et au risque terroriste, totalement démunis et sans arme, puisque, je le rappelle, Madame Hidalgo est totalement contre l'armement".

De son côté, Yves Bergerat, président du Syndicat national des policiers municipaux (SNPM), le reconnaît :"Quand il y a une création de police comme ça va être le cas à Paris,  il y a un peu à risque... On l'a connu pour Marseille, quand ils sont montés en puissance, ils ont embauché pas mal de personnel et ça a eu comme effet de dégarnir un peu les postes sur les communes aux alentours. Mais au bout de quelques années, il y a un tassement, un retour à la normale". 

Quant à l'aspect financier, les deux syndicalistes précise que la plupart des maires rémunèrent déjà au maximum leurs policiers municipaux, tellement ces agents sont demandés et attendus. La mairie de Paris n'aura pas une grande marge de manœuvre pour faire plus, d'après Cédric Michel. Selon lui, 'il manque 1 500 policiers municipaux, aujourd'hui, en Île-de-France".

Des élus craignent la "fuite" des policiers municipaux de la Seine-Saint-Denis vers Paris

5 000 policiers municipaux à Paris d'ici 2024

Avec 5 000 policiers, d'ici 2024, formés dans une école parisienne, dotés de bâtons "Tonfa", pour lutter notamment contre les incivilités, la police municipale de Paris devrait être lancée en 2021. Pour atteindre ce nombre, des recrutements se succéderont pour compléter le contingent formé actuellement par les 3 200 agents de la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection (DPSP), essentiellement des Agents de surveillance de Paris (ASP) venus de la préfecture de police et Inspecteurs de sécurité de la Ville de Paris (ISVP).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess