Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des élus sarthois se forment à la gestion des incivilités avec des gendarmes négociateurs

-
Par , France Bleu Maine

En compagnie de gendarmes négociateurs, une cinquantaine d'élus locaux sarthois ont suivi une formation de plusieurs heures afin de mieux gérer les incivilités et les agressions. Une forme de violence ordinaire, verbale ou physique, qu'ils sont de plus en plus nombreux à subir au quotidien.

Des élus sarthois suivent une formation à la gestion des incivilités et des agressions avec des gendarmes négociateurs.
Des élus sarthois suivent une formation à la gestion des incivilités et des agressions avec des gendarmes négociateurs. © Radio France - Ruddy Guilmin

Les insultes, les agressions verbales, voire physiques, les élus locaux y sont de plus en plus confrontés... Surtout depuis la crise sanitaire, qui exacerbe les tensions. Pour apprendre à mieux gérer ces situations tendues ou ces possibles agressions, l'association des maires de Sarthe organisait pour la première fois une session de formation à la "gestion pacifique des incivilités". Menée par des gendarmes négociateurs et basée sur des techniques mises en place par le GIGN, elle a réuni une cinquantaine d'élus locaux au domaine de la Houssay, à Spay. 

"On est à portée de baffe, mais on n'est pas préparé à ça, reconnaît Laurence Bataille, première adjointe à Juigné-sur-Sarthe, où l'une de ses collègues a dû récemment gérer la présence en mairie d'une personne alcoolisée et agressive. On n'a pas les clefs, on n'a pas de formation d'élu au départ. On est un peu jeté dans l'arène et ça peut être très délicat à gérer." Dans la salle, de nombreux élus ont d'ailleurs raconté des épisodes douloureux ou traumatiques, parfois avec des administrés qu'ils connaissaient pourtant bien. Parmi eux, le maire de Spay, agressé en mai 2020, ou la maire de Roëzé-sur-Sarthe, victime de menaces et de dégradations en janvier dernier.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Votre écharpe tricolore n'est pas un gilet pare-balles"

"Votre écharpe tricolore n'est pas un gilet pare-balles", souligne l'un des gendarmes négociateurs, qui conseille aux élus de prendre systématiquement "du recul et de la distance" lorsqu'ils arrivent sur une situation. Mais surtout d'utiliser des techniques de communication éprouvées par les forces de l'ordre dans ce type de situation : écoute, empathie, compréhension. Mais aussi gestion du stress et de certains comportements, par exemple "pour isoler un meneur et éviter la confrontation avec un groupe".

Bref, une formation jugée utile par les élus. En revanche, ceux qui ont déjà été victimes d'agressions ont tous déploré l'absence d'un réel dispositif de soutien psychologique dans ces cas-là.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess