Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Des enseignants restent mobilisés contre le principal du collège Sidney-Bechet d'Antibes

lundi 4 mars 2019 à 6:01 Par Marion Chantreau, France Bleu Azur

En grève en début de semaine dernière, des enseignants du collège Sidney-Bechet d'Antibes ont envoyé une lettre au ministre de l'Éducation nationale pour demander le départ du principal. Après une enquête administrative, il a reçu un blâme. Mais ça ne suffit pas à certains personnels.

Les profs réunis devant le collège
Les profs réunis devant le collège © Radio France - Fabien FOUREL

Antibes, France

Des enseignants du collège Sidney-Bechet à Antibes envisagent d'autres actions pour protester contre le retour du principal dans l'établissement, le 25 janvier dernier. Ils l'accusent de propos sexistes, de violences et d'intimidations. Deux plaintes ont été déposées au commissariat par deux parents d'élèves et la conseillère principale d'éducation. Une partie de l'équipe pédagogique (60 % des enseignants étaient en grève lundi dernier) a été reçue au rectorat et a écrit une lettre au ministère de l'Éducation nationale, se disant inquiète pour "'l'intégrité physique et morale" des personnels. 

Qu'est-il reproché au principal et où en sont les enquêtes ? 

C'est l'été dernier que des personnels du collège Sidney-Bechet ont alerté l'Éducation nationale sur le comportement du principal. Quelques jours après la rentrée, le chef d'établissement a été temporairement suspendu de ses fonctions à titre conservatoire, le temps d'une enquête administrative. Des enseignants ont été entendus.  Le 11 janvier dernier, le principal a écopé d'une sanction, un blâme en conseil de discipline. Cela a été confirmé au syndicat enseignant Snes FSU par le rectorat. 

Le choix a été laissé au principal de retrouver son poste ou d'exercer d'autres fonctions, il a finalement repris sa place de principal à la rentrée des vacances scolaires de février. 

Côté judiciaire, deux plaintes ont été déposées au commissariat pour violences, par deux parents d'élèves mineurs et la conseillère principale d'éducation du collège, qui se serait plainte d'avoir été violemment saisie au bras un jour par le principal, suite à une altercation avec un élève, à proximité du bureau du chef d'établissement. L'enquête est en cours, traitée par le parquet de Grasse.  

Inquiétude au collège 

Des professeurs nous ont confié être très inquiets du retour du principal. Dans la lettre adressée au ministre de l'Éducation nationale, qu'ils nous ont envoyée, ils expriment leur "désarroi et leur colère face à ce retour inattendu". Un retour qui, écrivent-ils, "met en difficulté notre pratique professionnelle et fait resurgir un passé douloureux." Une représentante du syndicat SGEN-CFDT confie que ce principal a déjà "posé des problèmes lorsqu'il était en poste au collège Vernier à Nice, il y a quelques années, il avait ensuite été déplacé comme principal adjoint dans un collège de Cagnes-sur-Mer".  

Des enseignants qui parlent d'un "sentiment d'isolement", de "risques psychosociaux, tant pour les élèves que pour l'équipe éducative" et disent craindre pour leur "'intégrité physique et morale."

De son côté, le principal dénonce un acharnement contre lui.