Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des factures d'eau trop lourdes, une solution a été trouvée dans l'Ile-de-Ré

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Dans l'Ile de Ré, un collectif de plus de 230 habitants s'est constitué. Objectif de ces abonnés d'Agur, contester leurs factures d'eau, étrangement lourdes. Après intervention du médiateur de Charente-Maritime, des solutions sont trouvées ... très favorables aux rétais concernés.

Facture d'eau d'un habitant de l'Ile de Ré
Facture d'eau d'un habitant de l'Ile de Ré © Radio France - Gérald Paris

Avec des factures d'eau importantes, plusieurs habitants de l'Ile de Ré s'étaient constitués en collectif pour contester les sommes à payer. Annick Delalleau une retraitée qui habite au Bois-Plage-en Ré, dans un logement social, s'était émue en première de cette situation sur les réseaux sociaux. Mais voyant qu'elle n'était pas la seule avec une facture d'eau anormale, elle a vite constitué ce collectif. 

Elle entre en contact avec plus 230 rétais qui eux aussi ont constaté des irrégularités, ou du moins, des facturations qui ne semblaient pas "coller" aux consommations réelles.

Annick Delalleau, une habitante du Bois-Plage-en-Ré.
Annick Delalleau, une habitante du Bois-Plage-en-Ré. © Radio France - Gérald Paris

Des problèmes liés à des régularisations de factures

Et pourtant ... Christian Leyrit, le médiateur de la Charente-Maritime s'est penché sur une 20aine de dossiers. L'ancien préfet du département a multiplié les entrevues avec les abonnés concernés, en présence notamment de la SAUR, l'ancienne société chargée du réseau de l'eau dans l'Ile-de-Ré, et Agur, le nouvel opérateur depuis 2019. Après l'étude de ces cas, il ressort, pour le médiateur, qu'en grande majorité, il s'agit de problèmes liés à des régularisations de factures. 

"Du temps de la SAUR, les factures étaient établies sur la base de consommation estimées, et parfois, pendant des années. Avec l'arrivée d'Agur et la pause de nouveaux compteurs, on est du coup passé à des facturations sur des consommations réelles. Pour certains, l'écart était grand, et cela vient expliquer en grande partie, ces facturations démesurées."

La SAUR accepte d'annuler des factures d'avant 2019

Pour autant, partant de ce constat, une décision a été prise, et qui, pour le médiateur "est très favorable aux abonnés concernés." 

"Pour des factures antérieures à 2019, la SAUR a accepté de tirer un trait sur ces règlements qui parfois dépassent le millier d'euros. Une annulation pure et simple pour repartir sur de bonnes bases. Mais dans cette histoire, il y a un peu la faute des deux côtés. Déjà, il faut qu'un contrôle réel du compteur s'opère au moins une fois par an sur le site, mais disons aussi, que si une famille de quatre personnes n'avait que 15 ou 20 mètres cube d'eau par an en consommation, cela n'est pas bien normal non plus. La base pour ce type de foyer, c'est en moyenne 150 mètres cube. "  

Jean Baptiste Fagalde, le directeur territorial d'Agur nous le disait déjà, il y a deux semaines :

"Sur la plupart des dossiers, si vous voulez, c'est que des _compteurs n'ont pas été relevés régulièrement, et que les grosses factures sont issues de rattrapage_. C'est cela qui peut amener des questions. Il y a eu 12 000 factures envoyées pour l'ile-de-Ré, il peut y avoir des dossiers à étudier. Les rétais peuvent prendre rendez-vous chez nous pour que l'on voit cela avec eux."

Pour prendre rendez-vous avec la société Agur, le numéro à composer, est le 09 69 39 40 00.

"On va tout de même rester vigilant sur les mois à venir" - Une abonnée rétaise -

En attendant, le collectif de rétais se dit satisfait du traitement de ces dossiers litigieux. "cela va dans le bon sens" pour Annick Delalleau, elle-même concernée. " Maintenant, on va tout de même rester vigilant sur les mois à venir. On va relever tous les mois la consommation d'eau de notre compteur, et vérifier notre prochaine facture." D'où peut-être l'expression, "chat échaudé, craint l'eau froide ..."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess