Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des familles de l'EHPAD de Valençay inquiètes quant aux conditions d'accueil de leurs proches

mercredi 1 août 2018 à 18:26 Par Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry

Une demi douzaine de familles dont les proches sont résidents à l'EHPAD de Valençay montent au créneau. Elles dénoncent le manque de moyens qui pèsent sur les conditions d'accueil des usagers.

Dans les EHPAD, on compte en moyenne 1 personnel pour 12 résidents
Dans les EHPAD, on compte en moyenne 1 personnel pour 12 résidents © Maxppp - Baziz Chibane

Valençay, France

Le constat est unanime : les EHPAD en France manquent cruellement de moyens et cela s'en ressent sur les conditions d'accueil des proches. Mais six familles dont les parents sont accueillis à l'EHPAD de Valençay ne peuvent se résoudre à en rester au simple état de fait. Elles ont décidé de s'organiser pour que se brise le silence.  En préambule, toutes insistent : le personnel de l'établissement, dévoué et très compétent, ne doit pas être mis en cause. Mais elles veulent dénoncer ce qu'elles vivent comme de véritables dysfonctionnements.

Deux aides-soignantes pour faire manger vingt résidents

"Je viens chaque midi rendre visite à ma mère et l'aider à s'alimenter. Elle est parfois encore au lit ! Elle n'a pas été levée et la toilette n'a pas été faite, témoigne une proche qui souhaite rester anonyme. Je viens l'aider pour les repas et je constate que d'autres résidents, très dépendants, n'ont pas leur famille pour les seconder à table. Le personnel -elles sont deux pour une bonne vingtaine de résidents ! - jongle entre le service à l'assiette et faire manger la personne ! J'appelle cela jongler!"

Où est la bienveillance et l'humanité dans tout cela ? " - proche d'un résident

Sabine s'émeut quant à elle du cas de sa belle-mère : "un jour, elle est tombée. On ne m'a pas prévenue. Je l'ai découvert par hasard. On m'a dit que le médecin était venu, puis finalement qu'il ne s'était pas déplacé. J'ai insisté pour qu'elle soit conduite à l'hôpital et on lui a découvert à ce moment-là seulement une clavicule cassée."

Jocelyne aussi dénonce des négligences : "_le dentier de Maman a disparu à plusieurs reprises, à chaque fois, il a fallu en refaire faire un, à nos frais. On a aussi perdu son linge. J'ai aussi posé la question des douches : "_on m'a répondu qu'elle était douchée comme les autres, tous les quinze jours environ... A la maison, nous la douchions tous les jours!"

Constat partagé par les associations

Autant de faits qui, pris séparément, pourraient paraître anecdotiques et relever du cas particulier. Mais pour les familles, ils sont symptomatiques d'un mal plus grave. "Tout cela a des conséquences. Il y a des dégâts physiques et moraux sur les patients, dont l'état se dégradent plus vite. Des dégâts également sur les familles : il y a la culpabilité de voir un proche s'affaiblir dans de mauvaises conditions et puis il y a des dégâts financiers : ces EHPAD coûtent très cher à la famille et le service n'est pas toujours à la hauteur", liste Jean-Pierre, dont les beaux-parents ont été tous les deux placés à Valençay.

Malheureusement, ces dysfonctionnements ne sont pas spécifiques à Valençay insiste Claudette Brialix, présidente de l'association Bien Vieillir 36 : "c'est hélas la situation de bon nombre d'EHPAD en France ! On n'a pas considéré que les personnes qui arrivent en établissement aujourd'hui sont de plus en plus souvent atteintes de polypathologies et de maladies neurodégénératives. Elles sont très dépendantes et il faut davantage de personnel pour les prendre en charge. Il faudrait pour cela _des financements suffisants_..."

Le directeur de Valençay répond

Le manque de moyens, c'est aussi ce que dénonce le directeur de l'EHPAD de Valençay. François Devineau reconnait certains des faits dénoncés par les familles : "la toilette est réalisée pour tous les résidents tous les jours et la douche est proposée une fois par quinzaine. C'est le maximum que nous puissions faire avec les moyens dont nous disposons. En ce qui concerne le médecin, nous prévenons toujours les familles en cas de chute, mais si celle-ci est sans conséquence, alors on ne dérange pas les gens dans l'urgence. Et le médecin ne se déplace que lorsque c'est nécessaire."

Pour autant, il refuse de stigmatiser la situation à Valençay : "On n'a pas de difficultés particulières par rapport à d'autres EHPAD du département. On constate que les besoins augmentent sur le terrain mais les moyens dont on dispose n'augmentent pas. Il faudrait à peu près doubler le nombre d'aides-soignantes dans les établissements pour pouvoir proposer aux usagers une prise en charge conforme à leurs besoins et à leurs souhaits. Ce n'est pas le cas actuellement donc on peut comprendre que des usagers ne soient pas contents". 

Aujourd'hui, en moyenne, dans les EHPAD, une aide-soignante à la charge d'une douzaine de résidents. Une pétition circule sur internet pour demander davantage de moyens dans les EHPAD. Elle a été signée par plus de 646.000 personnes.