Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les derniers occupants de l'immeuble Sorano à Saint-Étienne-du-Rouvray évacués

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

L'immeuble Sorano à Saint-Étienne-du-Rouvray a été évacué lundi 23 septembre 2019. Le bâtiment, devenu inhabitable, accueillait 77 familles locataires ou propriétaires occupants mais aussi des squatteurs et des familles sans papiers. Certaines se retrouvent sans toit.

Les familles ont été accueillies dans un local mis à disposition par la mairie.
Les familles ont été accueillies dans un local mis à disposition par la mairie. © Radio France - Noémie Lair

Saint-Étienne-du-Rouvray, France

L'immeuble Sorano à Saint-Étienne-du-Rouvray est désormais vide. Les derniers occupants ont été évacués ce lundi matin, vers 6 heures. Cette longue barre d'immeuble d'une centaine de logements a été construite dans les années 1960 et s'est fortement dégradée au fil du temps. Le 5 septembre dernier, le maire de Saint-Étienne-du-Rouvray, Joachim Moyse, a pris un arrêté d'évacuation immédiate en raison d'un danger grave pour la sécurité des habitants. 

L'immeuble était devenu inhabitable en raison de la présence de rats, de câbles électriques dangereux et des dégâts causés par des incendies. - Radio France
L'immeuble était devenu inhabitable en raison de la présence de rats, de câbles électriques dangereux et des dégâts causés par des incendies. © Radio France - Noémie Lair

Des solutions de relogement ont été proposées aux locataires et propriétaires occupants. Mais l'immeuble abritait aussi des squatteurs et des familles sans papiers. Une mère et ses trois filles, notamment, se trouvaient encore dans l'immeuble ce lundi matin. L'évacuation s'est déroulée dans le calme mais les a impressionnées. "Quand j'ai vu les forces de police, le monde qu'il y avait, on avait l'impression que c'était la mafia ou la guerre. J'ai eu peur", raconte Nadia. Cette maman savait que l'évacuation aurait lieu le lundi matin mais elle n'a pas trouvé d'autre toit : "Si j'avais trouvé où aller, je n'aurais pas laissé mes enfants voir ça parce qu'ils ont eu peur, ils pleuraient. Mais je n'ai pas eu le choix."

"Humainement, je ne vois pas comment on peut laisser des gens à la rue, c'est absolument aberrant" - Françoise Grün de la Confédération syndicale des familles

Avec ses trois filles de 12, 10 et 4 ans, elle a été accueillie dans une salle mise à disposition par la Ville. Neuf autres familles l'ont rejointe dans la matinée. Elles aussi logeaient à Sorano jusqu'à il y a quelques jours mais étaient parvenues à trouver une solution de relogement pour la nuit de dimanche à lundi, pour éviter de vivre l'évacuation par la police. Mais ce n'était pas des solutions pérennes et elles aussi se retrouvent désormais sans logement.

Les enfants et leurs parents ont été accueillis dans une salle mise à disposition par la mairie et ont pu dessiner et jouer en attendant d'être hébergés dans une nouvelle maison. - Radio France
Les enfants et leurs parents ont été accueillis dans une salle mise à disposition par la mairie et ont pu dessiner et jouer en attendant d'être hébergés dans une nouvelle maison. © Radio France - Noémie Lair

Une situation que dénoncent plusieurs associations - Réseau éducation sans frontière, l'Association de prévention individuelle et collective, le Droit au logement ou encore la Confédération syndicale des familles. "L'immeuble Sorano n'était pas du tout idéal mais au moins ces familles avaient un toit", explique Françoise Grün de la Confédération syndicale des familles.

Les associations auraient aimé que des solutions de relogement soient aussi prévues pour ces familles. Françoise Grün fait appel au droit au logement, "normalement chaque citoyen a le droit d'avoir un toit au-dessus de sa tête", et puis "humainement, je ne vois pas comment on peut laisser des gens à la rue, c'est absolument aberrant". 

Des associations étaient présentes pour étudier la situation et les droits de chaque famille. - Radio France
Des associations étaient présentes pour étudier la situation et les droits de chaque famille. © Radio France - Noémie Lair

La mairie et les associations se sont décarcassées toute la journée pour trouver des lieux où les accueillir pour la nuit. Certaines familles vont pouvoir intégrer un appartement dès ce lundi soir et pour quelques jours. Pour les autres, le maire s'y engage, "ce sera au minimum des nuits à l'hôtels car on ne peut pas avoir des gens dehors la nuit. Ce n'est pas possible".

Choix de la station

France Bleu