Société

Des femmes de sous mariniers opposées à la féminisation. Témoignage

Par Valérie Le Nigen, France Bleu jeudi 17 avril 2014 à 10:03

Un SNLE
Un SNLE © Alain Monot Marine nationale

A Brest, l'épouse d'un ex-sous marinier réagit à l'annonce de la féminisation des sous marins. A partir de 2017, 3 femmes embarqueront sur des SNLE ( sous marin nucléaire lanceur d'engin). L'expérimentation concernera donc Brest en premier lieu, puisque les 4 SNLE français sont basés à l'Ile Longue. A terme, la féminisation pourrait être généralisée en commençant par les barracuda.

En féminisant les équipages, la marine nationale arrête de se priver des compétences des jeunes femmes en formation à l'Ecole Navale. Les postes en sous marins sont en effet confiés à l'élite. Or jusqu'ici, les élèves les mieux classées étaient exclues de part leur sexe. Les 2400 sous-mariniers français ont des avis mitigés sur la question. Ils s'expriment souvent de manière anonymes. Pour certains, la compétence et la rigueur sont les seuls éléments à prendre en compte. D'autres craignent des changements d'attitude de leur collègues qui voudraient " fanfaronner " ou faire " les petis coqs"' en présence d'une femme. Les épouses des sous mariniers  sont souvent beaucoup plus nettement opposées. Laurence, femme d'un ex-sous-marinier ( 17 ans ) est carrément contre. 

Sous marins femme