Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une "marche exploratoire" pour rendre Ronchin plus sûre pour les femmes

-
Par , France Bleu Nord

À l'initiative du collectif "Les Ronchinois.es aux commandes", une marche exploratoire était organisée ce mardi en fin d'après-midi à Ronchin, dans la métropole lilloise (Nord). Il s'agit d'identifier les endroits qui peuvent créer un sentiment d'insécurité pour les femmes.

Une marche exploratoire était organisée ce mardi en fin d'après-midi à Ronchin (Nord)
Une marche exploratoire était organisée ce mardi en fin d'après-midi à Ronchin (Nord) © Radio France - Bénédicte Robin

Ronchin, France

Dix habitantes et membres du collectif citoyen "Les Ronchinois.es aux commandes" ont déambulé ce mardi en fin d'après-midi dans un quartier de Ronchin, dans la métropole de Lille (Nord), dans le cadre d'une "marche exploratoire". Ces marches, venues du Canada et des pays nordiques, se sont développées ces dernières années un peu partout en France. Elles consistent en des promenades citadines qui visent à repérer les problèmes que peuvent rencontrer en particulier les femmes dans l'espace public, encore largement dominé par les hommes.

Du sentiment d'insécurité à la vulnérabilité

La première étape ronchinoise a donc été une petite rue dépourvue d'éclairage public. "Moi j'ai déjà renoncé à passer par ici, la nuit", explique Elisa. Une rue pas ou mal éclairée, "ce n'est pas rassurant", poursuit cette habitante. Ce renoncement est révélateur du problème : "On se sent empêchée, moins libre, plus vulnérable", conclut-elle.

Dix Ronchinoises ont participé à une marche exploratoire ce mardi dans leur ville - Radio France
Dix Ronchinoises ont participé à une marche exploratoire ce mardi dans leur ville © Radio France - Bénédicte Robin

Ses compagnes de déambulation font le même constat. Toutes ont subi au moins une fois une forme d'agression, qu'il s'agisse de harcèlement, de remarque sexiste, d'insulte, jusqu'à des agressions physiques. Toutes témoignent du fait d'avoir intégré depuis leur plus jeune âge la nécessité, quand on est une fille, "de faire attention où l'on va, de sortir à plusieurs", souligne Inès Magouri, qui mène la marche. 

Trouver des solutions ensemble

La jeune étudiante de 21 ans se défend toutefois de vouloir "monter les hommes contre les femmes". Pour elle, il s'agit de faire le "constat d'une vulnérabilité et de tenter d'y trouver des solutions. Evidemment, il ne s'agit pas seulement d'éclairages publics", précise la jeune femme. Mais aujourd'hui, elle remarque qu'il y a une meilleure attention à ces questions. "Ce n'est pas que la parole s'est libérée, c'est qu'on nous écoute", dit-elle, et elle veut en profiter.

Influencer les politiques publiques

De cette déambulation, le collectif compte bien faire une synthèse de tous les problèmes relevés, qui ne s'arrêtent d'ailleurs pas aux questions de la place des femmes dans l'espace public. Il est aussi question de l'occupation et de l'aménagement de l'espace dans sa globalité : les voitures mal garées, le manque de pistes cyclables, les trottoirs trop étroits ou encore les places de stationnement. "On parle de politique publique et de comment les citoyens doivent s'en emparer", explique Inès Magouri.

Cette synthèse, le collectif aimerait que la prochaine équipe municipale s'en saisisse et agisse en fonction. Avec le secret espoir que ce sera peut-être à lui de le faire puisque "Les Ronchinois.es aux commandes" vont eux-mêmes présenter leur liste aux municipales de mars prochain, avec le soutien de la France Insoumise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu