Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

"Gilets jaunes" : de fortes tensions et des blessés à Charleville-Mézières

samedi 1 décembre 2018 à 9:33 - Mis à jour le samedi 1 décembre 2018 à 12:51 Par Victorien Willaume et Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Des heurts ont émaillé la manifestation des Gilets Jaunes ce samedi à Charleville-Mézières. 5 policiers et 2 manifestants ont été blessés. 15 personnes ont été interpellées. Des dégradatiosn ont été commises en centre-ville.

Quelques heurts entre gilets jaunes et policiers à Charleville-Mézières
Quelques heurts entre gilets jaunes et policiers à Charleville-Mézières © Radio France - Alexandre Blanc

Ardennes, France

Au moins 500 "gilets jaunes" ont manifesté ce samedi matin devant la préfecture de Charleville-Mézières dans les Ardennes. Ils ont dressé des barricades face aux forces de l'ordre et les affrontements ont été violents. Une gilet jaune a été blessée à la tête par un projectile lancé par un autre gilet jaune. Elle a été évacuée par les pompiers.  Un autre manifestant été blessé par un tir de flash-ball au cours d'une échauffourée devant l'hôtel de ville de Charleville vers 13h. 

Le fil de la journée 

7 heures du matin

Environ 300 gilets jaunes sont rassemblés devant la préfecture des Ardennes. Le campement qu'ils y avaient installé lundi a été démantelé la veille par les forces de l'ordre. Les gilets jaunes sont restés sur place, ont fait venir du matériel durant la nuit et ont dressé des barricades de pneus et de barrières, condamnant l'accès des 3 rues qui desservent le quartier de la préfecture, du tribunal de grande instance et du centre des impôts. Forces de l'ordre (seulement une vingtaine de policiers) et gilets jaunes se font face à une dizaine de mètres les uns des autres. 

9 heures

Les Gilets jaunes tentent d'avancer la barricade de pneus à l'aide d'un tractopelle. Un policier tire une cartouche de gaz lacrymogène. Enervement dans les rangs des manifestants. Les forces de l'ordre viennent au contact pour les repousser derrière la barricade. 

Des projectiles fusent depuis les rangs des Gilets jaunes. Une femme est touchée à la tête par une canette de bière lancée par un Gilet jaune. Sa plaie saigne mais elle est consciente. Elle est évacuée par les pompiers. Policiers et manifestants reprennent leurs positions. La tension descend. Le dialogue reprend entre les Gilets jaunes et les forces de l'ordre.

13 heures

Les Gilets jaunes quittent la préfecture. Ils sont devant l'Hôtel de ville de Mézières, à quelques mètres de là. Regain de tension. Manifestants et policiers se font face. Des Gilets jaunes s'emparent de barrière. Les policiers envoient du gaz et tirent au flash-ball pour disperser la foule. Un homme est touché à la hanche. Il est pris en charge par les pompiers. 

14 heures

Repoussés par les forces de l'ordre à coups de gaz lacrymogène, une partie des gilets jaunes (environ 250 personnes) descend l'avenue d'Arches en direction du centre-ville. Sur leur chemin, ils renversent une cabane de chantier, brûlent des poubelles et répliquent aux tirs des policiers par des jets de projectiles. 3 manifestants sont interpellés. Un policier est légèrement blessé au doigt. Les pompiers le prennent en charge. 

Un autre groupe de gilets jaunes (250 personnes environ) reste à l'arrière du cordon de policiers. Ils observent. L'un d'eux interpelle un officier et lui demande de cesser de repousser les manifestants en direction de la place Ducale, où vient d'ouvrir le marché de Noël. 

15h30

La partie la plus violente des Gilets Jaunes est à l'entrée des rues piétonnes de Charleville-Mézières. Des gendarmes mobiles arrivent en renfort. Le face-à-face tourne à l'affrontement. Nouvelles interpellations. 

17h30

Des individus avec capuches et barres de fer ont rejoint le mouvement qui se cristallise de nouveau sur la place de l'Hôtel de ville, dans le quartier de Mézières. Des barricades sont érigées avec des grillages et des cabanes de chantier. Des morceaux de bitumes sont arrachés. Forces de l'ordre et manifestants s'échangent projectiles et gaz lacrymogènes

La préfecture fait état de 4 interpellations. Quatre policiers sont légèrement blessés. Ils ont reçu des projectiles à la tête, à la main ou ont été assourdis par les détonations. On compte toujours deux blessés parmi les manifestants (voir plus haut).

19h

Le dernier bilan s'élève à 5 policiers et 2 manifestants blessés. 15 personnes ont été interpellées

Le maire de Charleville-Mézières, Boris Ravignon se dit "triste et en colère contre un petit groupe de casseurs qui s'est infiltré dans la manifestation et a pris en otage une partie des manifestants pacifiques". Boris Ravignon s'interroge par ailleurs sur "la stratégie du pourrissement" du gouvernement

Un pays ne doit pas sombrer dans la violence parce qu'il n'arrive pas à discuter" - Boris Ravignon, maire de Charleville-Mézières