Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange

Des Guérétois valident leur service national universel après avoir aidé la gendarmerie pendant le confinement

-
Par , France Bleu Creuse

Cinq Guérétois ont reçu leur attestation de validation du SNU, le service national universel mis en place l'an dernier. Ils ont validé leur deuxième phase pendant le confinement, en aidant les gendarmes à prendre des nouvelles auprès des personnes âgées et des commerçants et artisans.

Les cinq Guérétois ont participé à une cérémonie de remise de diplôme pour la fin de leur SNU.
Les cinq Guérétois ont participé à une cérémonie de remise de diplôme pour la fin de leur SNU. © Radio France - Bastien Munch

La cérémonie est des plus officielles. Levée de drapeau, Marseillaise et garde à vous au programme pour les cinq jeunes Guérétois dans la cour de la caserne de gendarmerie de Guéret. Ils vont tous recevoir leur attestation de fin de SNU, le service national universel mis en place par le secrétaire d'Etat à l'Education nationale Gabriel Attal. Après une première phase dans un autre département, une sorte de "séjour de cohésion", les cinq jeunes ont passé 12 jours pendant le confinement à la gendarmerie de Guéret. Ils ont aidé les gendarmes à appeler des personnes âgées et isolées. 

"On s'est vraiment sentis utiles", s'enthousiasme Floriane, 17 ans. "Je me souviens du tout premier appel que j'ai passé ici. J'ai appelé une vieille dame qui n'avait pas le moral", raconte-t-elle. "Simplement en l'écoutant, et en lui répondant, j'ai senti qu'elle allait mieux. A la fin, elle m'a remercié et ça m'a fait chaud au coeur." "Ca nous a aussi permis de découvrir un autre aspect de la gendarmerie", continue Sarah, 17 ans. Elle veut devenir gendarme depuis l'âge de 5 ans. "On a plutôt l'habitude de les voir sur les routes, et pourtant ils ne font pas que ça. C'est une bonne chose de voir qu'ils viennent aussi en aide aux personnes isolées au quotidien."

Une deuxième phase adaptée à la crise

"C'est pratiquement la moitié de notre travail de tous les jours", confirme le colonel Philippe Vincent, qui commande le groupement de gendarmerie départementale de la Creuse. "Et tout ça, ils l'ont appris grâce à cette deuxième phase." Avec cette crise sanitaire, la gendarmerie a dû s'adapter pour organiser la dernière étape du SNU. "Au départ, on avait prévu une session plus théorique, avec quelques ateliers thématiques. On a dû changer de fusil d'épaule et associer les cinq jeunes directement à nos missions quotidiennes. Ils ont fait le même boulot que les autres gendarmes."

Pour les volontaires, une phase 3 est possible pour ce service national universel. Il prendra la forme d'un engagement dans un service civique ou dans la réserve de la gendarmerie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess