Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Des habitants de Suze-la-Rousse se mobilisent contre un projet de déviation

-
Par , France Bleu Vaucluse, France Bleu Drôme Ardèche

Des habitants de Suze-la-Rousse (Drôme) refusent une déviation de deux kilomètres à travers vignes et lavandes. Ils dénoncent la politique du "tout-camion" et défendent la tranquillité de la ruralité. Le maire leur rétorque que la traversée de la commune est dangereuse.

Alexandra Paris et Mélanie Fouquereau refusent la déviation de Suze-La-Rousse pour défendre la ruralité
Alexandra Paris et Mélanie Fouquereau refusent la déviation de Suze-La-Rousse pour défendre la ruralité © Radio France - Philippe Paupert

À Suze-la-Rousse (Drôme), des habitants se mobilisent pour refuser la construction d'un contournement de la commune. Le projet date des années 70, mais le maire et le département de la Drôme vient de le relancer pour fluidifier et sécuriser le passage des 9.600 voitures et poids lourds quotidiens.

Cette route entre Bollene et Nyons est très empruntée par les Vauclusiens et les habitants de la Drôme provençale. Mais une association J'Aime Suze-la-Rousse vient de se créer pour défendre les 10 hectares de vignes et de lavande qui seront sacrifiés à moins de cent mètres des premières maisons de la commune.

Une route de 40 mètres de large dans les vignes

D'un côté la lavande, de l'autre la vigne, et bientôt au milieu, le projet de 40 mètres de large pour une route que refuse Mélanie Fouquereau. Elle fait signer une pétition car "cela va être une autoroute rurale de 40 mètres de large en pleine zone rouge inondable. On va rajouter des projets similaires à Tulette et Saint Maurice d'Aygues. On va encore bitumer à l'heure de l'urgence écologique, on nous demande d'être raisonnables sur l'artificialisation des sols. Il n'y a rien d'urgent à faire cette déviation."

Pour le maire de Suze-la-Rousse, l'urgence, c'est la sécurité : "la personne qui voit une déviation à 100 mètres de chez elle, évidemment elle n'est pas contente" admet Hervé Médina. Mais pour le nouvel élu, "la politique écologique sur les transports de poids lourds, c'est autre chose. Ma crainte, c'est d'aller dire à une famille de la commune qu'il y a eu un accident, une personne qui s'est faite écraser" dans la traversée très étroite de Suze-la-Rousse.

Les opposants demandent des radars ou une zone Trente

Les opposants demandent une réflexion sur d'autres alternatives comme des radars ou une zone trente au pied du célèbre château de Suze-la-Rousse. Mélanie Fouquereau reconnaît : "effectivement, on manque de sécurité. Il y a des passages qui ne sont pas sécurisés. Mais on peut installer des radars, une zone trente, supprimer les stationnements le long de la route.

On peut aussi installer un enrobé phonique qui aura les mêmes effets qu'une déviation. Pour améliorer 500 mètres de circulation dans le cœur du village, on va créer 2,2 km de route. C'est déplacer le problème et l'accentuer !" Avant d'être lancé, le projet de chantier doit être approuvé par le préfet de la Drôme.

Défense de la ruralité contre le "tout-camion"

Elle prend la route chaque jour pour aller travailler mais Alexandra Paris a rejoint l'association J'aime Suze la Rousse pour s'opposer au projet de déviation et défendre la ruralité : "ce qui m'agace profondément, c'est qu'on est toujours dans les mêmes solutions depuis 40 ans. Une déviation, c'est la mort d'un village et le dépérissement des commerces. C'est encore le tout-voiture et le tout-camion qu'on veut privilégier.

Mais quand on est rural, on veut une certaine tranquillité. On a fait des choix et même des sacrifices de carrière. Moi, je ne veux pas me retrouver à Suze-la-Rousse dans la même situation que si j'habitais à côté de la rocade d'Avignon. Oui on défend une certaine ruralité et on en a marre de voir gaspiller nos impôts dans des projets qui ne sont pas utiles.

Réduire le nombre de camions à 50 cm des maisons

Le maire de Suze la Rousse Hervé Médina défend cette déviation au nom de la sécurité : "avec 9.600 véhicules par jour, c'est un miracle qu'il n'y ait pas eu d'accidents. Les poids lourds passent à 50 centimètres des portes d'entrée des maisons de Suze-La-Rousse. Là, ça passera à 100 mètres, c'est toujours trop près pour les voisins. Le département prévoit de contourner les villages jusqu'à Nyons. Suze-La-Rousse est la première commune concernée".

9.600 poids lourds et voitures empruntent chaque jour les rues étroites de Suze-La-Rousse (Drôme)
9.600 poids lourds et voitures empruntent chaque jour les rues étroites de Suze-La-Rousse (Drôme) © Radio France - Philippe Paupert
Des habitants de Suze-La-Rousse (Drôme) refusent le projet de déviatoin
Des habitants de Suze-La-Rousse (Drôme) refusent le projet de déviatoin © Radio France - Philippe Paupert
Le projet de déviation de Suze-La-Rousse coupera vignes et lavandes
Le projet de déviation de Suze-La-Rousse coupera vignes et lavandes © Radio France - Philippe Paupert
La mairie de Suze-La-Rousse (Drôme)
La mairie de Suze-La-Rousse (Drôme) © Radio France - Philippe Paupert
Choix de la station

À venir dansDanssecondess