Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des habitants de trois départements devant la préfecture de la Sarthe pour dénoncer les nuisances sonores de la LGV

vendredi 24 novembre 2017 à 11:51 Par Christelle Caillot, France Bleu Maine

À la veille d'une manifestation devant la préfecture de la Sarthe, François Corollaire, le trésorier de l'association "Savigné environnement" nous parle des nuisances de la LGV en Sarthe.

François Corollaire, le trésorier de Savigné Environnement sur les nuisances de la LGV en Sarthe
François Corollaire, le trésorier de Savigné Environnement sur les nuisances de la LGV en Sarthe © Radio France - Christelle Caillot / Marc Ollivier Maxppp

Le Mans, France

Le TGV fait-il vraiment beaucoup de bruit quand il passe ? Les nuisances sont-elles importantes ? OUI, pour beaucoup d'habitants de la région qui vont manifester ce samedi à partir de 10h00 devant la préfecture de la Sarthe.

Il n'y a pas que les nuisances sonores

"Les habitants ressentent des nuisances phoniques" nous dit François Corollaire, le trésorier de l'association Savigné environnement, "c'est-à-dire qu'à chaque fois qu'un train passe et avant même qu'il passe, on ressent comme un bruit d'avion à réaction et pour certains riverains, qui sont à environ 300 mètres de la ligne, ils ressentent le bruit une minute avant que le train ne passe devant chez eux. Et quand il arrive, ils ont entre 50 et 90 décibels. Alors, les vibrations n'en parlons pas. En 2005, RFF avait dit que les vibrations ne dépasseraient pas 25 mètres. Aujourd'hui, les maisons de certaines personnes qui sont à 300 mètres vibrent. Il y a aussi la dévalorisation des biens. Certaines personnes essayent de vendre, et même en baissant le prix de vente de 40%, les maisons ne sont pas vendues".

Un mouvement contestataire qui prend de l'ampleur

"À la réunion d'il y a 10 jours à Savigné, on s'attendait à voir 40 personnes, on s'est retrouvé à 350" poursuit François Corollaire, le trésorier de l'association Savigné environnement, "et demain (ce samedi) tous les gens impactés par la ligne Paris/Bordeaux se réunissent devant les préfectures. Donc, on a décidé de faire comme eux avec les riverains de la Sarthe et aussi de la Mayenne et d'Ille et Vilaine. Après, j'aimerai surtout que le préfet se rende compte de l'ampleur du problème; il y a des gens qui sont vraiment excédés. Certaines personnes veulent bloquer les trains en gare".

Des murs anti-bruit sont déjà tombés

"Il faut recenser tous les points noirs tout au long de la ligne" affirme François Corollaire, le trésorier de l'association Savigné environnement. "Je vais vous donner un exemple : de l'autre côté de chez moi (à Savigné), il y a un mur de 80 mètres. Les trains roulent depuis le 2 juillet, et ça fait déjà deux mois, que les plaques de ce mur anti-bruit sont tombées. Eiffage a la maintenance pour 25 ans et aujourd'hui Eiffage n'est pas venu remonté ces plaques".

À LIRE AUSSI : Bruit de la LGV en Sarthe : Eiffage s’engage à de nouvelles mesures, les élus sont sceptiques