Société

Des "jeunes" anciens combattants distingués dans la Loire

Par Martin Cotta, France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 10 novembre 2016 à 19:05

Des soldats de l'opération Sangaris ont reçu la carte du combattant
Des soldats de l'opération Sangaris ont reçu la carte du combattant © Maxppp - maxppp

En ce 11-novembre, date-anniversaire de l'armistice de 1918, focus sur des jeunes soldats de l'armée française, considérés (déjà) comme des anciens combattants. Une cinquantaine d'entre eux ont été distingués dans la Loire cette année.

Les années passent, les conflits s’enchaînent, et le nombre d'anciens combattants de l'armée française augmente. Aujourd'hui en 2016, l'image de l'ancien combattant n'est plus vraiment la même. Loin des porte-drapeaux où de nos soldats âgés et leurs uniformes médaillés, les anciens guerriers de la nation sont aussi plus jeunes.

Dans la Loire cette année, l'Office National des Anciens Combattants et des Victimes de Guerre a remis une cinquantaine de carte d'ancien combattant. Et parfois à de "jeunes soldats". C'est le cas de Jean-Luc Pardon, 48 ans. "D'être reconnu pour ce que vous avez fait pour votre pays, c'est toujours valorisant" explique t-il. Christophe Radin, tireur d'élite, sniper en ex-Yougoslavie au début des années 90 a maintenant 44 ans. C’est un ancien combattant. L'ONACVG lui a délivré sa carte, une juste récompense après des années de souffrance. "Il y a plein de choses qui vous traversent la tête quand on reste là-bas. Les souvenirs sont toujours là. En parler et le vivre sont deux choses différentes" confie ce grand gaillard. L'ONACVG a été pour le Roannais un soutien utile, une écoute. Car les gens autour de lui n'ont pas toujours compris son choix de partir en guerre.

"Les gens ont du mal à comprendre certaines choses"

Christophe travaille désormais chez Michelin à Roanne. L'homme a réussi sa reconversion en partie grâce à l'OFNAC comme Franck ancien démineur au Kosovo. Depuis 5 ans, j'ai complètement changé de vie. J'ai lancé ma petite société audiovisuelle" déclare t-il tout sourire. Après avoir vu la mort et vécu dans le stress Franck peut regarder devant lui. "Le fait de demander cette carte c'est un peu boucler la boucle" termine l'ancien soldat. La carte du combattant va lui permettre par exemple de bénéficier d'un abattement fiscal à partir de 74 ans.

La quatrième génération

Les soldats engagés dans les conflits en Centre-Afrique et au Moyen-Orient font partie de ce qu'on appelle : la quatrième génération. Ce sont des OPEX, des soldats impliqués dans les "Opérations Extérieures". Et là aussi c'est le rôle de l'ONACVG de s'occuper d'eux à leur retour de la guerre explique Gérard Georgeon le président de l'ONACVG dans la Loire.

"(...) Des cauchemars et parfois des relations compliqués avec son entourage"