Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des journalistes syriens, réfugiés dans l'Yonne

lundi 28 décembre 2015 à 20:25 France Bleu Auxerre

C'est la quatrième famille de réfugiés syriens, accueillie à Joigny, dans l'Yonne. Les parents, des journalistes, ont fui leur pays en guerre.

Rima et Adnan, journalistes syriens à Joigny
Rima et Adnan, journalistes syriens à Joigny © Radio France - Hajera Mohammad

Joigny, France

Rima et Adnan ont décidé de quitter la Syrie en 2012, un an et demi après le début de la guerre et de la répression du régime. Le frère d'Adnan, accusé de faire partie des rebelles a été emprisonné, sans preuves, avant de mourir dans sa cellule. Le couple sait que le même sort est réservé à de nombreux journalistes. Ils ont donc décidé de fuir avec leur fils et leur fille. Ils ont d'abord trouvé refuge en Turquie pendant trois ans,  avant d'arriver en France, en septembre dernier.

" J'envoie mes articles par e-mail, mais c'est difficile. Il n'y a pas assez de réseau internet dans le foyer"

Le maire de Joigny, dans l'Yonne, a décidé de les accueillir. C'est la quatrième famille de réfugiés syriens, dans la ville. Le couple loge dans un foyer et Adnan continue d'écrire pour la presse étrangère. 

Des journalistes syriens, réfugiés dans l'Yonne

Mohamed lui, est arrivé le 9 février 2015. Il se souvient très bien de cette date. Depuis, il a quitté le foyer et s'est installé avec sa femme Basma, dans un HLM de Joigny. Il a même trouvé quelques missions de travail, en tant qu'électricien.

"Si j'ai la moitié de ce que je possédais en Syrie, grâce au travail ici, ça me suffit"

Il espère trouver un CDI bientôt. En attendant, il continue de prendre des cours de Français.

Mohamed fait le bilan