Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des "masques de Victoire" made in Marne livrés à des enfants malentendants à Reims

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La couturière marnaise Floriane Challard a livré ce mardi 27 avril près de 200 masques transparents pour des enfants atteints de troubles de l'audition de l'Institut Michel Fandre à Reims. L'aventure des "masques de Victoire" continue donc malgré les embûches.

Le don a été fait ce mardi à l'institut Michel Fandre à Reims.
Le don a été fait ce mardi à l'institut Michel Fandre à Reims. © Radio France - Sophie Constanzer

"Je suis contente, je suis fière d'avoir abouti", confesse Floriane Challard devant l'Institut Michel Fandre à Reims, où elle a livré ce mardi 27 avril un peu moins de 200 "masques de Victoire" pour des enfants atteints de troubles de l'audition. Ces masques en tissu avec une façade en plastique transparent, conçus par la couturière à Verzy (Marne) et qui ont reçu l'homologation en novembre dernier pour être vendus. Là il s'agit bien d'un don, et pour l'institut c'est loin d'être anodin. 

Un masque pour voir les sourires des enfants et améliorer la communication

La séance d'essayage commence avec Assine, en classe de CP, qui enlève son masque chirurgical. Un masque qui lui cache la bouche en permanence et qui cache la bouche de son enseignante Aude, qui lui parle en langage des signes. "Au niveau de la forme et des élastiques réglables je trouve que c'est pas mal pour les enfants", observe Aude. "Oui !", répond de son côté la fillette quand on lui demande si le nouveau masque lui convient mieux que l'ancien. 

Reportage à l'institut Michel Fandre à Reims où ont été livrés les masques.

Ce masque de Victoire transparent, livré avec un kit anti-buée est un espoir pour améliorer la communication avec les enfants. "Dans un premier temps on a cherché à avoir des masques inclusifs surtout pour les professionnels car les enfants regardent et lisent sur les lèvres, maintenant c'est de faire en sorte que les professionnels en aient et que les enfants aussi", souligne Jean Marie Pilliet le directeur de l'institut Michel Fandre, où 40 enfants atteints de troubles de l'audition sont pris en charge. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le coût des masques pour l'Institut financés par le don d'une entreprise marnaise

Seuls les enfants ont reçu ce mardi des "masques de Victoire" mais ce serait aussi une petite révolution pour l'enseignante Aude qui porte déjà un masque inclusif pourtant. Mais qui reconnaît l'inconfort, or c'est essentiel de pouvoir montrer son visage avec des enfants malentendants. Floriane Challard est là pour relever les défauts des masques inclusifs bon marché : "il ne tient pas sur la bouche, il y a de l'espace des deux côtés ce qui laisse passer le virus...". 

L'obstacle c'est toujours le coût. Le prix de revient d'un masque conçu par Floriane est supérieur aux autres masques inclusifs. Mais l'institut Michel Fandre s'est vu proposé un don. C'est une entreprise marnaise qui a financé les 2.000 euros nécessaires. 

Des mois de travail et parfois un manque de débouchés

La marnaise Floriane Challard a planché pendant des mois sur un masque pour une petite fille malentendante nommée Victoire -qui a donc donné son nom aux masques- et elle s'est battue jusqu'au bout. Elle a d'abord fait appel à une entreprise en Roumanie pour la production, faute de trouver des entreprises partantes en France."La qualité de travail était top sauf qu'au moment de tout lancer, tous les tissus prenaient la route pour la Roumanie, je reçois un mail me disant que le prix de production d'un masque triplait... j'ai dû trouver une solution de repli !". Floriane Challard a finalement fait appel à des ateliers parisiens

Choix de la station

À venir dansDanssecondess