Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Un deuxième centre Covid-19 ouvre à Amiens pour soulager les urgences

-
Par , France Bleu Picardie

Une trentaine de médecins ont ouvert ce lundi un centre de consultation covid-19 à Amiens Sud pour accueillir les suspicions de cas et désengorger le CHU d'Amiens à l'approche du pic épidémique.

Une boite de masques FFP1, les masques chirurgicaux anti-projection (illustration).
Une boite de masques FFP1, les masques chirurgicaux anti-projection (illustration). © Maxppp - Luc Nobout

Le pic de l'épidémie de coronavirus approche, et les unités Covid-19 du CHU d'Amiens se préparent à être submergées. Depuis deux semaines, d'autres points d'accueil médical ont ouvert dans la Somme, avec le soutien de l'Agence régionale de Santé. Un centre médical a ouvert à Abbeville, un autre a été ouvert par SOS Médecins à Amiens Nord, en plus des cabinets de médecins de ville qui ont mis en place un protocole pour accueillir des patients suspectés d'être porteurs du virus. 

1. Un centre pour désengorger les urgence

Depuis ce lundi, un second centre a ouvert à Amiens Sud, à l'initiative d'une trentaine de médecins. Ils sont praticiens libéraux ou spécialistes, comme Nicolas Aubriot, médecin du sport : "Je n'avais plus beaucoup d'activité personnelle, donc j'ai cherché à aider mes collègues médecins hospitaliers. Pour l'instant ça va, mais ça va devenir nécessaire quand la vague de patients va arriver", explique-t-il. Les médecins coordinateurs sont bénévoles, les autres sont rémunérés par la sécurité sociale avec le tiers payant.

2. On ne s'y rend que sur ordre du SAMU ou de son médecin

Le nouveau centre a ouvert dans un local de l'Université de Picardie, pour prendre en charge, sept jours sur sept, les suspicions de cas de Covid-19 les moins graves. On ne peut pas y aller de soi-même, c'est le 15 ou un médecin traitant qui redirigent les patients vers ce nouveau centre : "On va accueillir des gens qui n'ont pas de médecin traitant, ou dont le médecin traitant est malade ou n'a pas les locaux adaptés pour accueillir des malades Covid-19. Le but, c'est de délester les urgences du CHU des cas les moins graves. On libère du temps aux urgentistes".

3. Jusqu'à trois médecins en cas de pic épidémique

Les médecins volontaires n'ont pas été durs à trouver. Le centre tourne pour le moment avec un médecin, mais pourra accueillir deux ou trois praticiens simultanément pour les consultations, lors du pic épidémique. En revanche pour les équipements, masques, blouses, matériel de désinfection, il a fallu faire avec des bouts de ficelles : "Les équipements auquels on a droit en tant que médecin de ville ne sont pas du tout suffisants pour ce type de centre", tranche Nicolas Aubriot : "On a reçu beaucoup d'équipements grâce aux dons. Il y a eu une énorme chaîne de solidarité pour qu'on puisse ouvrir."

4. Le centre a encore besoin de nos dons

Mais pour accueillir de nombreux patients, le centre a besoin d'augmenter son stock de masques : "Pour vous donner une idée, il faut un masque FFP2 par médecin, qui dure 4 heures, et un masque FFP1, les masques chirurgicaux, pour chaque patient, c'est ce qui manque le plus", explique le médecin, "car si un patient qui arrive tousse, il peut disséminer le virus. Et c'est clair que pour la sécurité de tous, si on vient à manquer de matériel, on devra fermer le centre, donc si des gens sont prêts à nous aider, nous sommes preneurs".

Entreprises ou particuliers, pour faire un don, écrivez à : centrecovidamienscampus@gmail.com. Les principaux besoins : masques FFP1 et blouses de protection.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu