Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des mesures anti-kebab dans le centre de Marseille

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Provence, France Bleu
Marseille, France

Marseille en assez des kebabs et des boutiques de téléphonie dans l'hypercentre. En début de semaine, le conseil municipal a instauré un droit de préemption sur les baux commerciaux. La Ville va pourvoir acheter les bâtiments vacants pour y installer les commerçants de son choix.

"Les kebabs, il y en a trop", selon Solange Biaggi, adjointe au commerce à la mairie de Marseille.
"Les kebabs, il y en a trop", selon Solange Biaggi, adjointe au commerce à la mairie de Marseille. © Maxppp -

"Les chiche-kebabs et les commerces de téléphonie, il y en a trop ! ", souffle Solange Biaggi, adjointe au commerce à la mairie de Marseille.

Lundi, le conseil municipal a voté un système de préemption sur les baux commerciaux. Le but, sera, à terme, de reprendre la main sur les locaux vacants, pour y installer d'autres types de boutiques, avec une image moins populaire.

"On va promouvoir d'autres offres, souligne Solange Biaggi, des restaurants de qualité, des commerces de proximité."

1,5 millions d'euros investis

Pas d'expulsion en vue, donc, mais un "grignotage" du tissu commercial en centre-ville, par le biais des locaux inoccupés (8,5% des commerces seraient vides selon la mairie), notamment dans les quartiers de la gare Saint-Charles, Noailles, ainsi que sur la Canebière.

En tout, la mairie et le département ont décidé de mettre 1,5 millions d'euros sur la table pour cette opération de gentrification à marche forcée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu