Société

Des migrants attendus à Châteauroux et à Argenton sur Creuse

Par Marie-Audrey Lavaud, France Bleu Berry vendredi 16 septembre 2016 à 4:50 Mis à jour le lundi 19 septembre 2016 à 15:14

Un centre d'accueil provisoire des migrants de Calais
Un centre d'accueil provisoire des migrants de Calais © Radio France - BRIDE EDOUARD

580 migrants de Calais et de Paris vont être accueillis dans les prochaines semaines dans la Région Centre Val de Loire. Dans l'Indre deux sites pourraient être réquisitionnés.

Nacer Medah, le préfet de région l'a annoncé cette semaine,  le Centre Val de Loire prend sa part dans l'accueil des migrants. La Région va accueillir pendant l'automne 580 migrants venus de Calais et Paris. Ces demandeurs d'asile seront répartis dans les six départements de la Région en fonction la densité de  la population et des capacités d'hébergements.

Dans l'Indre ça commence à s'organiser. 30 migrants arriveraient à Argenton-sur-Creuse dans quelques semaines. Ils pourraient être hébergés dans les locaux de l'ancienne Auberge sociale de maître Jean. Le site n'est plus occupé par solidarité accueil depuis quelques années. Le collectif "Accueil du cœur 36" qui s'est monté l'an dernier pour aider à l'accueil de migrants a  été sollicité pour accompagner ces arrivées. Une réunion s'est tenue jeudi soir  au complexe sportif Lothaire Kubel d'Argenton pour relancer les bonnes volontés. 120 personnes avaient déjà manifesté leur envie d'aider les réfugiés.

Un autre point de chute provisoire pour ces migrants a été annoncé dans l'Indre, à l'AFPA à Châteauroux , l'organisme de formation pour adultes s'est engagé au niveau national pour accueillir un millier de réfugiés. L'an dernier 20 migrants ont déjà séjourné dans les locaux castelroussins de l'AFPA , et l'expérience pourrait être réitérée car il y a des places disponibles. On ne sait pas encore combien mais ce sera au moins un groupe de 10 migrants. L'AFPA les hébergera jusqu'à trois mois maximum.Tous ces migrants que ce soit sur Argenton ou Châteauroux n'ont pas vocation à rester dans ces sites. C'est juste le temps que leur dossier soit instruit et qu'une place leur soit ouverte en CADA , dans les centres d’accueil des demandeurs d'asile.

A Issoudun, des discussions sont en cours : l'Etat avec l'aide des bailleurs sociaux, serait en train de recenser les logements sociaux vacants.

D'ici la fin de l'année 2016, tous les  préfets en France  devront avoir trouvé 12 000 places d'hébergements pour répartir les migrants de Calais et de Paris. "Chacun doit prendre sa part", a rappelé le préfet de région Nacer Medah.

.