Société

Des migrants reviennent dans le Nord-Pas-de-Calais, deux mois après le démantèlement de la "Jungle"

Par Jean Saint-Marc, France Bleu Nord et France Bleu mardi 27 décembre 2016 à 18:07 Mis à jour le mardi 27 décembre 2016 à 20:30

La "jungle" de Calais a été démantelée fin octobre
La "jungle" de Calais a été démantelée fin octobre © Maxppp - Etienne Laurent

Selon les associations, plusieurs dizaines, sans doute même des centaines de migrants ont quitté les Centres d'accueil et d'orientation (C.A.O.) dans lesquels ils ont été emmenés après le démantèlement de la "Jungle" de Calais.

Le journal britannique The Independent évoque une demi-douzaine de "camps cachés" près de Calais. L'expression est un peu ridicule selon les associations d'aide aux migrants, mais le phénomène est réel.

Deux mois après le démantèlement de la "Jungle", de nombreux exilés reviennent dans notre région après avoir passé quelques jours, parfois quelques semaines dans des Centres d'accueil et d'orientation (C.A.O.) partout en France. Comme ils ne peuvent plus aller à Calais, ils se rassemblent dans des camps plus petits, plus ou moins clandestins, dans des conditions déplorables et dans le froid.

Pour ses 25 ans, il va dormir dans un bois ou dans un fossé

Ali, par exemple, dort dans des bois ou dans des fossés, près de Steenvoorde dans les Flandres. Ce jeune saoudien fête ce jeudi ses 25 ans. Il a accepté de témoigner à notre micro :

"J'ai passé six jours dans un C.A.O. et je suis parti. Je ne veux pas demander l'asile en France, je veux aller en Angleterre !" – Ali, 25 ans

Ali est en France depuis six mois, il a passé quelques semaines à Calais

Entre deux tentatives, Ali se réchauffe et récupère un peu dans la salle paroissiale de Steenvoorde. L'association Terre d'Errance y accueille les migrants en journée seulement. Ils y sont de plus en plus nombreux.

Beaucoup reviennent dans la région, notamment des mineurs dont les demandes d'asile ont été rejetées par le Royaume-Uni. "On a vu une jeune fille revenir, son amie a été acceptée et elle non. Elles étaient ensemble depuis leur départ d'Erythrée : elle est donc arrivée en pleurs, c'est très difficile", raconte Anne-Marie Defrance, une des responsables de Terre d'Errance Steenvorde.

468 mineurs accueillis au Royaume-Uni, alors qu'ils étaient près de 2.000 à Calais lors du démantèlement

Selon les associations, il y avait 2.000 migrants à Calais au moment du démantèlement. Selon l'association l'Auberge des Migrants, moins de 500 ont été accueillis au Royaume-Uni.

Son président Christian Salomé : "On pense qu'au moins le tiers, sans doute la moitié vont revenir. Ils sont peut-être à Paris, peut-être encore sur la route. Quelques dizaines déjà sont arrivés, ils sont dans les anciens camps, on les retrouve parfois sur le bord de la route, mais on ne peut les loger éternellement à l'hôtel. On n'arrive pas à les convaincre de retourner en centre d'accueil pour essayer de rester en France. Ils veulent aller en Grande-Bretagne à tout prix."