Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des militants anti-pub emballent les panneaux publicitaires lumineux en gare de Tours

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Touraine

Ils ont voulu dénoncer l'omniprésence de la publicité dans l'espace public : Ce vendredi soir, une quinzaine de militants anti-pub ont emballé une dizaine d'écrans numériques installés récemment en gare de Tours.

Les panneaux ont été recouverts d'un film plastique qui ne les abîmait pas
Les panneaux ont été recouverts d'un film plastique qui ne les abîmait pas © Radio France - Boris Compain

Indre-et-Loire, France

Vous les avez peut-être vus, si vous êtes passé en gare de Tours, vendredi, entre 18H et 19H. Une quinzaine de militants anti-publicité sont venus bâcher la dizaine de panneaux publicitaires numériques lumineux installés depuis quelques semaines et sur lesquels défilent en permanence des bandes-annonces et des spots de pub. Une action pacifique initiée par le collectif RAP, Résistance à l'Agression Publicitaire, à l'occasion de la semaine internationale contre la publicité. 

Une action pacifique pour dénoncer l'envahissement de l'espace public par la publicité

Ni dégât, ni affrontement...le mot d'ordre a été bien répété, avant de passer à l'action.  Pendant que certains militants emballent les écrans publicitaires dans un film plastique qui les cachent sans les abîmer, un autre va expliquer la démarche au personnel de la SNCF, qui accepte de laisser faire. Pour Manon, ces panneaux lumineux constituent une nouvelle étape dans l'envahissement de notre quotidien par la publicité : "_Ca consomme l'équivalent d'un foyer de quatre personnes pour un écran_. La deuxième chose, c'est que nous sommes attirés par ce qui bouge, donc on va automatiquement regarder ces images. En plus, ça impose un mode de pensée uniforme, basé sur des idéaux relativement sexistes, ethno-centrés, qui vendent le bonheur par la possession. On n'est pas d'accord avec ça".  Selon le collectif, chaque français est exposé à 500 à 3000 messages publicitaires par jour.

Les panneaux sont brièvement restés totalement obstrués - Radio France
Les panneaux sont brièvement restés totalement obstrués © Radio France - Boris Compain

"A la télé, à la radio ou dans un journal, je peux échapper à la pub : j'éteins l'appareil où je tourne la page. Avec ces panneaux, la publicité nous est imposée". Romain, membre du collectif

Beaucoup de voyageurs observent du coin de l'oeil, avec souvent, un petit sourire. Parfois, une discussion s'engage. Romain, du RAP, explique que l'exposition à la publicité dans l'espace public n'est pas une fatalité : "_Le Règlement Local de Publicité doit être renégocié au niveau de l'agglomération en 2020_. On milite pour qu'on interdise notamment les panneaux numériques de ce type". Le jeune voyageur qui l'a abordé pour discuter approuve : "J'aime bien les actions de résistance non-violente. Ils font passer un message, c'est clair, et je suis allé leur parler donc c'est que ça marche. C'est bien, ce qu'ils font".

Bien, peut-être, mais éphémère, c'est sûr.  Les films plastiques n'auront recouvert les panneaux que quelques minutes avant d'être enlevés par la SNCF. Dans le domaine de la publicité, le temps, c'est de l'argent.