Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des militants tentent une action de sauvetage d’animaux à Toucy, dans l'Yonne

lundi 6 août 2018 à 17:14 Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre et France Bleu

Une dizaine de militants de l’association "Respectons" ont essayé de s’introduire, ce lundi, chez une septuagénaire à Toucy (Yonne), pour récupérer des canards et des poussins qu’ils disent mal traités. Ils ont du faire face aux gendarmes. Un accord a finalement été trouvé.

Une dizaine de militants et autant de gendarmes se sont retrouvés nez à nez.
Une dizaine de militants et autant de gendarmes se sont retrouvés nez à nez. © Radio France - Delphine Martin

Toucy, France

Ils voulaient prendre des animaux qu'ils estiment en danger de mort. Une dizaine de militants icaunais de l'association "Respectons" ont tenté de s’introduire chez une dame de 75 ans, ce lundi, dans un hameau de Toucy.

Ils affirment, photos à l’appui, que des canards, des poussins et des chats sont ou ont été maltraités. "On a vu des chats enfermés dans des clapiers à lapin, des cadavres de chats, des volailles en état de décomposition. Et puis des canards, vivants, en plein soleil dans une cage et sans eau", assure Micheline, une militante. "C’est inacceptable qu’on mette des animaux dans cette situation et qu’on les laisse crever sans rien faire !" poursuit cette icaunaise, indignée.

Des cadavres de chats, des canards en plein soleil

Même colère chez Sonia : "Il y a maltraitance, les animaux sont en train de mourir dans des clapiers, on a donné des preuves, et pourtant il ne se passe rien. Tout ça parce que ce sont des chats et des canards, et qu’ils n’ont pas la considération de la justice",  déplore la jeune femme. 

Les militants de "Respectons" affirment, photo à l'appui, qu'il y a de la maltraitance. - Radio France
Les militants de "Respectons" affirment, photo à l'appui, qu'il y a de la maltraitance. © Radio France - Delphine Martin

Après plusieurs signalements, et en l'absence de dialogue avec la propriétaire, l’association « Respectons » a déposé plainte pour mauvais traitement, le 14 juillet dernier. Pendant la procédure, elle a demandé le retrait en urgence des animaux : "c’est prévu par la loi, le procureur peut, en attendant le jugement, confier la garde des animaux à une association de protection animale. Ça se fait très souvent, notamment en Côte d’Or. Mais dans l’Yonne, on a du mal à faire appliquer cette disposition", explique Patrick Sacco, le président de l’association. 

La demande de retrait refusée par la justice

La justice a refusé la requête des militants de « Respectons » qui ont donc décidé de mener cette action de « sauvetage » illégale, ce lundi matin. Ils ont pris soin de prévenir les autorités et les élus. "C’est un moyen de pression qu’on utilise, comme d’autres font des grèves de la faim. Mais à un moment donné, on n’a pas le choix, on ne peut pas baisser les bras et laisser des animaux mourir", affirme Patrick Sacco. "On ne peut pas supporter ça. On doit enlever un animal détenu dans des conditions inacceptables ! C’est ma conscience qui parle", poursuit Michèle, une autre militante.

Une dizaine de gendarmes pour décourager les militants

Les militants se dirigent donc en voiture vers la maison de la septuagénaire, avec des cages et des boites. Mais plusieurs gendarmes les attendent  : "Si vous voulez prendre les animaux, ce sera considéré comme un vol en réunion. Il fait laisser la justice faire son travail. En aucun cas vous ne pouvez-vous permettre de prendre les animaux de force", leur dit-on. 

Les défenseurs des animaux voulaient récupérer des canards et des poussins menacés, selon eux. - Radio France
Les défenseurs des animaux voulaient récupérer des canards et des poussins menacés, selon eux. © Radio France - Delphine Martin

Déçus, certains militants laissent entendre qu’ils pourraient revenir (mais sans prévenir personne, cette fois), pour récupérer les animaux en toute discrétion. 

De son côté, le parquet d'Auxerre explique que l'affaire n'a pas été prise à la légère par la justice, puisque la propriétaire des animaux sera convoquée devant le tribunal de police, en septembre. Selon la procureure, il ne s'agit toutefois pas d'une volonté délibérée de cruauté mais d'une négligence coupable.

Finalement, un accord a été trouvé avec la propriétaire des bêtes, en présence de représentants de la police municipale et de la mairie de Toucy. Les chats devraient être stérilisés (par l'association, en présence de la police municipale). Les canards et les poussins enfermés dans de toutes petites cages seront installés dans un enclos plus grand.  Les clapiers qui abritaient de nombreux chats et des cadavres d'animaux, aujourd'hui vides, seront détruits. 

La mairie de Toucy s'est engagée à aider l'association et la propriétaire à améliorer la situation, sans toutefois s'engager sur un délais précis.